BFM Business

Avec l'élection Miss France, Limoges s'offre un gros coup de pub

La ville de Limoges accueille l'élection de Miss France 2013.

La ville de Limoges accueille l'élection de Miss France 2013. - -

La cité porcelainière accueille ce samedi soir la cérémonie des Miss France 2013. Une aubaine pour la ville qui bénéficie d’une forte exposition médiatique, mais aussi pour les hôtels et restaurants qui accueillent les équipes du comité d’organisation. Pourtant tout le monde n’est pas ravi.

Ce n’est pas en Alsace, région d’origine de la miss France en titre, mais en Limousin que va être élue, ce samedi 8 décembre, celle qui portera écharpe et diadème pour l’année 2013. Strasbourg étant déjà bien occupée par son marché de Noël et Mulhouse ne disposant pas d’une salle suffisamment grande, le comité de Miss France a dû faire appel à une autre ville. C’est Limoges qui s’est portée volontaire pour profiter de cette aubaine.

Car une aubaine, c’en est assurément une pour Christian Piate, attaché à la mairie, en charge des festivités. La cité porcelainière va, en effet, bénéficier d’une forte exposition médiatique "Nous allons avoir droit à un spot de trois minutes diffusé sur TF1 à une heure de forte audience", cite en exemple le responsable.

L’année passée, près de 7,8 millions de téléspectateurs avaient suivi la cérémonie organisée à Brest. "Il est impossible pour une commune comme nous de payer ce genre de publicité. Et on sait, grâce à notre expérience acquise lors du passage du Tour de France, que cette exposition à la télévision est très positive pour l’image de la ville et de la région".

Un budget de 100 à 150 000 euros pour la ville

Mais Limoges a dû y mettre du sien pour accueillir l’élection. Elle prend notamment en charge l’hébergement et la nourriture des 33 prétendantes au titre, présentes sur les lieux depuis la fin du mois de novembre.

Ce sont aussi des investissements en termes de personnel, surtout pendant les trois dernières semaines avant la date fatidique: la police municipale est mobilisée pour assurer la sécurité, les employés des espaces verts se sont mis en quatre pour la décoration florale. Il a aussi fallu recourir à quelques CDD, notamment pour avoir des hôtesses d’accueil en suffisance.

A cela s’ajoute quelques travaux de rénovation de bâtiments pour accueillir les différentes manifestations "mais il ne s’agit pas de dépenses supplémentaires, tout était déjà budgété. On s’est contenté d’avancer la date de réalisation de travaux", précise le responsable.

"Au total cela représente environ 100 à 150 000 euros de dépenses" estime Christian Piate. Ce qui devrait représenter une opération blanche pour la mairie, le responsable mettant dans la balance les fameuses retombées médiatiques.

Pour le commerce local, ce sont assurément les hôtels, les restaurants et les traiteurs qui tirent leur épingle du jeu. Car ce ne sont pas seulement 33 candidates que la ville reçoit pendant quelques jours, mais plus de 500 personnes qui sont arrivées à la fin du mois de novembre pour assurer le déroulement de l’élection. Mais là, la facture est réglée par le comité Miss France.

Un centre-ville en perte de vitesse

Hôtel et restaurants sont aussi pris d’assaut par les comités de soutien personnel de chacune des Miss régionales: familles et amis n’hésitent pas à faire le déplacement pour être là le jour "j". La ville a rarement connu une telle affluence! Même constat positif pour la salle de spectacle, qui a mis en vente 4000 places pour un prix compris entre 39 et 59 euros "les 4000 billets ont trouvé preneur en une seule journée", comment ravi un porte-parole du Zenith de Limoges.

Pourtant, l’évènement ne fait pas que des heureux. Pour une bonne partie des commerçants, les retombées financières sont quasiment-nulles "en fait l’élection se déroule autour dans une salle qui est à l’extérieur de la ville. Même si les Miss ont participé à quelques manifestations en centre-ville, cela n’a pas eu d’incidence sur notre chiffre d’affaires" regrette Jean-cloude Heckendorn, président de l’association des commerçants de la rue Adrien Dubouché et par ailleurs propriétaire d’un magasin de prêt-à-porter.

Pour lui, le centre-ville de Limoges est en perte de vitesse, pris en tenaille par les zones commerciales environnantes. Les allers et venues des miss n’y changeront rien.

Coralie Cathelinais