BFM Business

15 offres de reprise partielle ont été déposées pour Thomas Cook France

Le voyagiste britannique Thomas Cook a brutalement fait faillite lundi, contraignant les autorités à lancer immédiatement le rapatriement de quelque 600.000 vacanciers

Le voyagiste britannique Thomas Cook a brutalement fait faillite lundi, contraignant les autorités à lancer immédiatement le rapatriement de quelque 600.000 vacanciers - Pascal Guyot - AFP

L'une des offres de reprise émane de la direction actuelle, une autre de Havas Voyages associé à quatre autres candidats. 780 salariés sont concernés.

Quinze offres partielles ont été déposées pour la reprise du voyagiste Thomas Cook France, dont la maison mère britannique a fait faillite en septembre. "Toutes émanant d'acteurs du tourisme", peut-on lire dans un communiqué.

L'une d'entre elles est portée par l'équipe de direction actuelle, "pour la reprise d'une partie de l'activité distribution et de l'activité tour-operating (Jet Tours)".

Les quatorze autres offres "portent sur la reprise d'agences réparties sur le territoire national, et certaines seraient conjointes ou pourraient le devenir", précise le voyagiste.

Havas Voyages a fait une offre commune avec quatre autres candidats pour reprendre une grosse partie des agences de voyage de Thomas Cook France, indique son propriétaire dans Le Figaro.

174 agences en propre

"Nous nous sommes retrouvés pour faire une offre plus forte. C'est une offre solidaire, dans laquelle nous proposons de sauver presque la totalité des emplois", a déclaré au quotidien Laurent Abitbol, président du groupe lyonnais Marietton, propriétaire de Havas Voyages. "Si nous l'emportons, la plupart des agences passeront sous l'enseigne Havas. Nous espérons reprendre les fonds de commerce. La marque Thomas Cook France ne nous intéresse pas", a-t-il ajouté.

Jusqu'à l'audience au tribunal de commerce de Nanterre prévue le 5 novembre, "les administrateurs judiciaires concentrent tous leurs efforts au rapprochement de ces offres et à leurs améliorations, avec comme priorité la sauvegarde de l'emploi et la mise en oeuvre d'un projet pérenne".

Des pertes depuis 2016

"A ce titre", prévient Thomas Cook France, "un délai complémentaire pour ces améliorations pourrait être envisagé".

Placée en redressement judiciaire le 1er octobre, la filiale française du géant du tourisme Thomas Cook emploie 780 salariés dans l'Hexagone et détient 174 agences de voyage en propre, sans compter 247 autres points de vente franchisés qui ne sont cependant pas concernés par la procédure.

A fin septembre 2019, le groupe revendiquait un chiffre d'affaires ("brut consolidé") de 750 millions d'euros, se répartissant entre 380 millions pour son réseau de distribution, et 370 millions pour son activité de tour-opérateur via la marque Jet Tours.

Mais selon ses comptes déposés au greffe consultés par l'AFP, la filiale française enchaîne également depuis des années les pertes: -26 millions pour l'exercice clos en septembre 2018, -30 millions en 2017, -21 millions en 2016.

OC avec AFP