BFM Business

Cryptomonnaie de Facebook: PayPal se retire du projet Libra

-

- - Fabrice COFFRINI / AFP

PayPal a finalement décidé de ne pas prendre part au projet de monnaie numérique de Facebook, Libra, dont le lancement est prévu pour 2020.

C'est un nouveau revers pour le projet Libra: PayPal quitte le navire après des semaines de scepticisme, voire d'hostilité, de la part de divers gouvernements, experts et concurrents.

L'entreprise de services de paiements a déclaré dans un email avoir « pris la décision de se retirer de l'association Libra », un consortium de partenaires comme Visa et Mastercard, basé à Genève, à qui Facebook a confié la gouvernance et la gestion de son projet de monnaie numérique.

PayPal, qui devait investir au moins 10 millions de dollars dans le projet, comme chacun des membres de l'association, n'a pas justifié cette décision. « Nous continuons à nous concentrer sur notre mission et nos priorités stratégiques, démocratiser l'accès aux services financiers des populations mal desservies », a simplement indiqué le groupe.

Une source proche de l'entreprise a expliqué au Financial Times qu'il « semblerait qu'il n'y ait eu que peu de travail de préparation fait avec les régulateurs financiers » et que les services de paiements tels que Paypal ne souhaitaient « pas voir l'attention des régulateurs déborder sur leurs affaires ».

Libra est censée offrir à partir de courant 2020 un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels, permettant d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané. Un projet qui suscite de nombreuses critiques de la part de régulateurs et gouvernements à travers le monde.

Ils s'inquiètent notamment de la mauvaise réputation de Facebook en matière de confidentialité et de protection des données personnelles. En juillet, le ministre des Finances américain, Steven Mnuchin, avait lancé un avertissement à Facebook, le gouvernement redoutant qu'une telle monnaie virtuelle ne soit utilisée pour blanchir de l'argent ou tromper le fisc.

La taille de Facebook, premier réseau social du monde avec 2,7 milliards d'utilisateurs, implique aussi que la nouvelle monnaie pourrait perturber le système financier mondial et rendre la tâche plus difficile aux banques centrales.

Sandrine Serais avec AFP