BFM Business

CroissancePlus propose la transformation des prêts garantis par l'Etat en obligations

Interrogé sur BFM Business, le président du réseau français de dirigeants, Thibaut Bechetoille, redoute "un effet domino" avec des faillites en chaîne. Une idée serait donc d'alléger les entreprises en transformant leur PGE en dette à long terme.

"Optimistes, on ne pourrait pas l'être aujourd'hui". Sur BFM Business, Thibaut Bechetoille, président de CroissancePlus, un réseau qui réunit près de 400 dirigeants, reste très prudent sur la suite de la crise économique. "Les mesures prises par l'Etat, le chômage partiel le prêt garanti par l'Etat (PGE), sont des bonnes mesures" reconnait-il. Mais, elles ne pourront pas éviter tous les problèmes.

"Un mois de confinement représente 3 points de PIB donc on sera à -6% du PIB sur l'année sur la France, avec une crise mondiale, avec les Etats-Unis qui sont très touchés" détaille-t-il. "Nous, ce que l'on redoute en fait, c'est un effet domino c'est-à-dire : il y aura des faillites et ces faillites auront un effet en chaîne qui est extrêmement préoccupant.

"Rembourser ces crédits..."

Car, "qu'une entreprise s'endette dans une crise comme celle-là avec une récession qui est devant nous, c'est extrêmement compliqué" insiste Thibaut Bechetoille. "Il faut avoir les moyens de rembourser ces crédits. Et en fait, ces crédits, c'est quelque chose qui va impacter la capacité de l'entreprise à rebondir."

Comment s'en sortir? "Il y aura peut-être des solutions à proposer" explique-t-il, précisant qu'elles devaient encore être affinées. "On réfléchit à des systèmes d'obligations qui permettent de transformer des prêts en quelque chose de plus 'long terme', des obligations qui seraient des quasi-fonds propres et qui permettraient à l'entreprise de mieux traverser cette crise." Une façon, donc, d'étendre le remboursement pour éviter que ce poids du crédit ne vienne saper les efforts de relance.

Thomas Leroy