BFM Business

Coronavirus: Londres pourrait injecter des fonds pour sauver son métro

Faire fonctionner le réseau de transports publics londonien coûte 600 millions de livres par mois.

Faire fonctionner le réseau de transports publics londonien coûte 600 millions de livres par mois. - Tolga Akmen - AFP

Les directives de distanciation sociale et le confinement ont entraîné un effondrement du nombre de passagers dans le métro et le bus et donc une chute des recettes. Sans aides rapides, le maire de Londres a averti mercredi que TfL pourrait devoir interrompre certains de ses services.

Le gouvernement de Boris Johnson pourrait injecter des fonds pour aider le métro de Londres et ceux d'autres grandes villes britanniques à traverser la crise du coronavirus, qui a entraîné un plongeon du nombre d'usagers. 

"Nous avons des discussions constructives avec le gouvernement sur le soutien dont nous avons besoin pour continuer à servir la ville de manière efficace", a déclaré mercredi un porte-parole de Transport for London (TfL), la régie des transports publics londoniens, joint par l'AFP mercredi.

Il a précisé que les directives de distanciation sociale et le confinement face à la pandémie ont entraîné "une énorme réduction" des recettes, à cause d'un effondrement du nombre de passagers de 95% pour le métro et 85% pour les bus. Faire fonctionner le réseau de transports publics londonien coûte 600 millions de livres par mois, a-t-il ajouté.

Manschester et Liverpool ont aussi besoin d'aide

Début avril, le gouvernement avait annoncé un plan de soutien de près de 170 millions de livres pour les bus à travers le pays.

Sans aides rapides, le maire de Londres Sadiq Khan, cité par l'agence PA, a averti mercredi que TfL pourrait devoir interrompre certains de ses services après avoir déjà perdu des centaines de millions de livres à cause de la pandémie.

Les maires des agglomérations de Manchester et Liverpool, deux villes du nord du pays, ont également appelé le gouvernement à les aider à surmonter le choc économique du coronavirus.

C.C. avec AFP