BFM Business

Coronavirus: les entreprises des Hauts-de-France déjà durement touchées par la crise sanitaire

La mairie de Lille (illustration).

La mairie de Lille (illustration). - Philippe Huguen - AFP

Une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie menée fin mars auprès des entreprises de la région témoigne d'une diminution globale de leur chiffre d'affaires et d'un risque de licenciements une fois la crise terminée.

L'épidémie de coronavirus et le confinement auquel elle contraint frappent de plein fouet les entreprises françaises, et celles des Hauts-de-France ne font pas exception. Comme le révèle une enquête menée par la Chambre de Commerce et d'Industrie de la région entre le 25 et 29 mars derniers, les entreprises sont en effet nombreuses a avoir du mal à amortir leur activité durant cette crise.

Sur les 22.000 entreprises sollicitées, 3104 ont répondu à l'enquête de la CCI. Parmi elles, 99% se disent touchées d'une manière ou d'une autre, plus ou moins violemment, par le confinement. A titre de comparaison, au 10 mars, seuls 61% des chef(fe)s d'entreprises se disaient impactés.

Et si des secteurs comme l'hôtellerie, le service aux particuliers, le BTP ou la restauration sont particulièrement touchés, le président de la CCI des Hauts-de-France, Philippe Hourdain, a assuré ce mardi à France Bleu que "personne n'est épargné". En tout, ce sont 69% des entreprises des Hauts-de-France ayant participé à l'enquête qui ont fermé en raison du coronavirus. Un chiffre qui monte à 85% si l'on se concentre sur les hôtels, les cafés et les restaurants.

Une baisse du chiffre d'affaires... avant des licenciements massifs?

Les entreprises interrogées estiment avoir perdu, en moyenne, 44% de leur chiffre d'affaires par rapport à janvier 2020 (contre une baisse de 14% au 12 mars). Une diminution qui touche sévèrement l'hôtellerie, la restauration et les services aux particuliers, qui accusent une perte moyenne de 51% de leur chiffre d'affaires.

Quelques différences entre les zones géographiques sont également observables. Dans le Grand Lille, les entreprises ont perdu environ 42% de leur chiffre d'affaires, soit un peu moins que sur le littoral des Hauts-de-France (-47% par rapport à janvier).

CCi hauts de france
CCi hauts de france © Chambre de Commerce et d'Industrie des Hauts-de-France

Les patrons sont ainsi 65% à ne pas écarter le dépôt de bilan si l'épidémie s'aggrave. Pour le moment, 82% des entreprises ayant participé à l'étude expliquent avoir mis leurs salariés en chômage partiel et, pour 91% d'entre elles, réclamé un financement de ce chômage par l'Etat. Sans surprises, les secteurs le plus concernés par le chômage partiel sont encore une fois les hôtels, cafés et restaurants (98%), le BTP (95%), le transport logistique (90%) et le commerce de détail (86%), relève la CCI.

La crise du coronavirus n'est pas encore terminée et la fin du confinement semble encore lointaine, mais 7% des chefs d'entreprises répondant estiment d'ores et déjà qu'ils vont devoir licencier. Au global, 58% des dirigeants interrogés indiquent que les licenciements dépendront de la durée du confinement ou ne savent pas s’ils licencieront.

Des propositions pour soulager les entreprises

Face aux craintes des entreprises de voir leurs activités durement impactées par l'épidémie, l'Etat a dévoilé un certain nombre de mesures pour les soulager. Dans les Hauts-de-France, 52% des patrons ont d'ores et déjà demandé le report de leurs échéances sociales ou fiscales, 36% le rééchelonnement de leurs potentiels crédits bancaires, et 34% l'aide forfaitaire de 1500 euros.

La région elle aussi a dévoilé fin mars un certain nombre de propositions d'aide s'ajoutant à celles de l'État. Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, a par exemple proposé d'accélérer le remboursement des crédits d'impôts. Les banques pourront également reporter de six mois les remboursements de crédits et les prêts aux entreprises seront facilités. Mais Philippe Hourdain prévient: "on ne va pas se remettre d'un confinement aussi dur en quelques jours". 

Juliette Mitoyen