BFM Business

Vivre dans une tour-forêt avec vue sur Paris: un rêve accessible

VIDÉO - Un architecte italien a imaginé pour la commune de Villiers-sur-Marne, dans l'est parisien, un ensemble d'immeubles recouverts de 2000 arbres et plantes. Qu'ils soient loués ou vendus, les logements seront proposés à des prix tout à fait abordables.

Voilà un projet qui devrait plaire à Anne Hidalgo. Alors que la maire de Paris prévoit de végétaliser 100 hectares supplémentaires de murs et de toits dans la capitale d’ici à 2020, un ensemble de cinq tours végétalisées majoritairement en bois va bientôt pousser à Villiers-sur-Marne, une commune de l'Est parisien. Certains de ces immeubles, de maximum 17 étages, s'élèveront jusqu'à 54 mètres au-dessus du sol. Ils seront composés de commerces, de bureaux mais également de logements. Le chantier doit démarrer en 2019 et la fin des travaux est prévue en 2024.

Les 640 appartements et résidences étudiantes de surfaces variées (deux à cinq pièces) seront dotés de balcons recouverts d'arbres et de plantes. Ces logements seront proposés à l'achat -autour de 4000 euros le mètre carré- mais également à la location, avec une particularité: "Les ménages suffisamment solvables pourront devenir propriétaires au bout de cinq années de versement de loyers, ces derniers étant ensuite convertis en prêt", a précisé Jean-Michel Carigi, directeur de cabinet et de la communication à la mairie de Villiers-sur-Marne. 

Première forêt verticale de France

Baptisé "Balcon sur Paris", cet ambitieux projet architectural s'inscrit dans le cadre du futur quartier Marne-Europe qui émergera autour de la station du Grand Paris Express Bry-Villiers-Champigny. "Nous souhaitions que le quartier ait des empreintes écologiques de l'équivalent d'une forêt de 900 hectares, soit la taille du bois de Vincennes", a poursuivi le dirigeant. Le vaste chantier a été confié au groupement porté par la Compagnie de Phalsbourg, le promoteur, qui finance la totalité du projet. Il s'est entouré de nombreux partenaires financiers comme Xavier Niel, le patron de l'opérateur Free, et d'architectes de renom parmi lesquels Stefano Boeri.

"Nous avons imaginé la première forêt verticale de France qui sera totalement en bois", nous a confié l'artiste italien. Pourquoi le bois? "C'est un matériau élastique, léger, anti-sismique et plus rapide à construire", justifie l'artiste. L'idée est de créer des bâtiments de qualité mais accessibles aux ménages qui n'ont pas forcément les moyens de s'offrir un logement à Paris, où les prix dépassent en moyenne les 9000 euros du mètre carré.

Un immeuble-forêt de 117 mètres à Lausanne

Les appartements de la résidence Forêt Blanche seront situés aux étages supérieurs, tandis que les bureaux et les boutiques se trouveront au pied des tours ou quelques étages plus haut. L'entretien de toute la végétation de la façade et des parties communes de l'immeuble sera géré par une agence. Une équipe de "jardiniers volants" interviendra quatre fois par an. Dirigé par la Compagnie de Phalsbourg, le chantier n'a pas encore démarré mais "les plans de construction avancent", croit savoir Business Insider.

Pour son projet de Villiers-sur-Marne, Stefano Boeri s'est inspiré de ses récentes réalisations, notamment à Milan. L'architecte y a livré en 2014 son projet de forêt verticale ("Bosco Verticale"), deux tours de 113 appartements dont les balcons sont plantés de 1000 espèces végétales. Il a également conçu un immeuble-forêt de 117 mètres près de Lausanne, le plus haut de Suisse romande, et vient d’annoncer la construction de deux immeubles similaires en Chine pour 2018. À Eindhoven, aux Pays-Bas, une structure végétalisée abritant uniquement des logements sociaux devrait bientôt voir le jour.

Julien Mouret