BFM Business

Quand les immeubles parisiens prennent de la hauteur

VIDÉO - Ce mois-ci, Paris va désigner les nouveaux locataires des HLM surélevées de la cité Glacière. Un dossier vieux de cinq ans.

Il aura fallu cinq longues années pour que ces drôles d'habitations voient le jour. Ce mois-ci, Paris va attribuer les places pour les HLM de la cité Glacière. Tout d'abord 35 logements, puis 28 autres un peu plus tard, raconte Le Parisien.

Si ces HLM ont mis tant de temps, c'est parce qu'elles sortent de l'ordinaire. En effet, il s'agit d'une surélévation. Des habitations construites sur le toit d'autres habitations. C'est Vinci Construction France qui gère le projet.

La Cité Glacière est gérée par Paris Habitat. Construite dans les années 1960, ces habitations vieillissent: problèmes d'isolation, d'amiante… Le quotidien affirme que les travaux ont coûté 57.896.566 euros TTC. Un budget élevé car les locataires du dessous ont bénéficié de certains avantages comme de nouveaux ascenseurs, la remise au norme de l'électricité ou encore la future rénovation de la façade.

Difficultés

La loi Alur en 2014 a favorisé la surélévation. Cette pratique peine pourtant à se faire une place dans la capitale. D'après Le Parisien, 165 permis ont été déposés en 2016, 150 en 2017.

Car la mise en place, si elle a été simplifiée, reste compliquée dans une copropriété. Auparavant, il fallait l'accord des tiers de la copropriété, il ne faut plus que la majorité aujourd'hui. Majorité souvent difficile à obtenir (coûts des travaux notamment). Il faut toujours, évidemment, obtenir l'accord du PMU et des architectes des bâtiments de France. L'immeuble doit, en effet, pouvoir supporter le poids en plus.

D. L.