BFM Business

Virement bancaire instantané: bientôt possible en Belgique (mais pas en France)

D'ici à novembre 2018, plusieurs grandes banques du plat pays appliqueront le virement instantané.

D'ici à novembre 2018, plusieurs grandes banques du plat pays appliqueront le virement instantané. - Jean-Sébastien Évrard-AFP

Ne plus attendre un, voire deux jours, que l'argent arrive sur un compte bancaire après un virement? Cela s'appelle le "paiement instantané". Ces virements payés à la seconde arriveront dans les banques belges dès novembre 2018. Mais en France, les banques tardent à sauter le pas.

Réaliser en un instant un virement bancaire pour rembourser un ami, payer un commerçant ou verser un loyer à un propriétaire, 24H24 et 7J/7, cela sera bientôt possible... pour nos voisins belges. Dès novembre 2018, plusieurs grandes banques du pays appliqueront le virement instantané, réalisé en temps réel, explique le quotidien belge Le Soir.

Une petite révolution pour les clients bancaires du plat pays qui verront leur compte créditer instantanément lors d'un virement, quand il faut attendre le versement au moins un jour ouvrable actuellement. Ce système ne concernera au départ que les transactions effectuées à l’intérieur du pays, selon le quotidien belge, qui précise également que le service ne sera vraisemblablement pas gratuit.

ING propose le virement sans frais effectué le jour même

Cette perspective a déjà suscité la réaction d'une des grandes banques du pays. La filiale belge d'ING se prépare au paiement temps réel en proposant dès aujourd'hui d'exécuter tous les paiements le jour même sur le compte du bénéficiaire. "L'opération est gratuite pour le client. Seule condition requise: effectuer le paiement en euro un jour ouvrable avant 14h30. Non seulement les paiements en Belgique mais aussi des paiements aux autres pays qui font partie de l’Union Européenne (et quelques autres pays européens) seront traités de cette manière", explique ING Belgique.

En élargissant son service à l'Europe, cette banque anticipe l'application d'une initiative de la Banque centrale européenne (BCE) prise mi-2017. Elle vise à permettre aux particuliers et aux entreprises de transférer de l’argent en temps réel dans toute la zone euro au travers du service Tips (target instant payment settlement). Pour que ce service de virement instantané devienne effectif entre pays, la BCE mettra à partir de novembre 2018, à la disposition des banques de la zone euro sa plateforme informatique de règlement en temps réel (baptisée Target2). Celle-ci est déjà utilisée par les banques pour les virements en euro de montants élevés effectués entre elles.

Le virement instantané existe dans certains pays d'Europe

La Belgique va donc rejoindre la liste des pays disposant déjà de services équivalents comme le Royaume-Uni, la Suède, Danemark et les Pays-Bas.

En revanche, la France n'est pour l'instant pas en pointe dans ce domaine. Parmi les banques classiques, seule la BPCE se dit prête à proposer des services de paiement en temps réel à ses clients durant le printemps 2018. Mais la transposition législative de la directive européenne sur les services de paiement (en cours d'examen au Parlement) pourrait accélérer le mouvement en faveur du paiement instantané.

Ce futur texte de loi encadrera l'activité de nouveaux acteurs ne gérant pas de comptes bancaires, capables d'initier des paiements pour leurs clients. Ces prestataires de services d’initiation de paiement (PSIP) permettent aux consommateurs de payer leurs achats en ligne par simple virement, tout en donnant aux e-commerçants l’assurance que le paiement a été initié, de sorte que les biens peuvent être livrés ou les services fournis sans délai.

La mise en oeuvre du virement instantané sera un vrai plus pour tous ces nouveaux acteurs. "Ces services demeurent peu développés en France, mais leur utilisation est plus fréquente dans d’autres États membres, comme en Allemagne ou aux Pays-Bas", relevait le rapport de janvier 2018 de l'Assemblée nationale concernant les services de paiements dans le marché intérieur.

Frédéric Bergé