BFM Business

UBS paie près d'un milliard de dollars pour oublier les subprimes

UBS, contrairement aux deux autres banques qui ont conclu des deals similaires, a vu le montant de son accord avec les autorités américaines dévoilé.

UBS, contrairement aux deux autres banques qui ont conclu des deals similaires, a vu le montant de son accord avec les autorités américaines dévoilé. - -

Le montant de l'accord entre les autorités américaines et la banque suisse pour solder leur litige à propos de la crise des subprimes a été dévoilé, ce vendredi 26 juillet. UBS va payer 885 millions de dollars.

Aux Etats-Unis, UBS sort son carnet de chèques. La banque suisse va payer 885 millions de dollars (environ 670 millions d'euros) pour solder un litige lié aux subprimes, a révélé l'Agence fédérale de financement du logement, ce vendredi 26 juillet. UBS était poursuivie depuis 2011 par une agence fédérale pour avoir participé à la chute de Freddie Mac et Fannie Mae, les deux grands noms américains du refinancement de crédit.

Dans ce dossier, UBS est accusée d’avoir vendu des titres risqués à Fannie Mae et Freddie Mac, finalement sauvés de la faillite à grand renfort d’argent. Plus de 160 milliards de dollars ont été injectés dans leurs caisses depuis leur mise sous tutelle, il y a cinq ans.

Les autres banques pourraient devoir s'aligner

UBS est donc la troisième banque à régler son contentieux. Un peu plus tôt dans l’année, Citigroup et GE Capital se sont, elles aussi, mises d’accord avec l’agence fédérale du financement immobilier. Mais les modalités de leur accord n’ont pas été dévoilées. UBS paye donc près de 900 millions de dollars, un montant qu’elle a provisionné dans ses comptes, et qui pourraient pousser d'autres établissements mis en cause à s'aligner.

Washington veut définitivement tourner la page de la crise des subprimes. Les autorités fédérales américaines ont encore quatorze banques dans le collimateur, dont les comptes vont être scrutés. Parmi elles, Bank of America, JPMorganChase, Société Générale ou encore Barclays…

Aurélie Boris correspondante à New York