BFM Business

Système de paiement européen: les PME encore à la traîne

La Banque de France a prévenu que tout retard risque de bloquer les paiements des sociétés concernées.

La Banque de France a prévenu que tout retard risque de bloquer les paiements des sociétés concernées. - -

Les entreprises n'ont plus que 26 jours pour se conformer au système SEPA qui harmonise les transferts d'argent au sein de l'Union européenne. Si les grandes entreprises sont prêtes, beaucoup de PME sont en retard.

A J-26 de la date limite, les PME françaises traînent encore les pieds. Comme les autres entreprises de la zone euro, il leur reste à peine un mois pour se conformer au nouveau système de paiement européen SEPA, qui doit entrer en vigueur le 1er février.

Or, les chiffres publiés ce lundi 6 janvier par la Banque de France, montrent qu'à la fin décembre plus de 70% des virements et 35% des prélèvements échangés seulement étaient effectués dans ce format en France.

Ce qui dénote d'une progression, puisque le dernier point d'étape de la BdF soulignait que 66% des virements et 13,5% des prélèvements étaient conformes au format SEPA.

Un site pour aider les retardataires

Si ces chiffres place la France dans la moyenne européenne, note la Banque de France, "le faible état d'avancement des petites et moyennes entreprises, ainsi que des artisans et des associations, reste alarmant".

"Il est urgent que PME, artisans et associations s'assurent au plus vite de leur capacité à émettre des virements et prélèvements SEPA", insiste l'institution dirigée par Christian Noyer.

Le 2 décembre, elle avait déjà prévenu que "tout retard expose les acteurs concernés à voir leurs paiements bloqués". Elle a d'ailleurs mis en place un site pour aider les retardataires.

Des impairs déjà enregistrés

Le "Single Euro Payments Area", l'Espace unique de paiement en euro, est une nouvelle gamme de moyen de paiement en euros, commune à tous les pays européens. Les virement et prélèvements effectués par les entreprises devront obligatoirement respecter les nouvelles normes qui y sont liées.

Tous les pays de l'Union européenne, même ceux qui n'ont pas l'euro, sont membres du Sepa. En France, ce virement est proposé par les banques depuis 2008 et le prélèvement depuis 2010.

Plus les entreprises attendent, plus leurs informaticiens risquent d'avoir du mal à ajuster les systèmes de paiement à temps. Déjà, 40.000 paiements de factures EDF avaient été rejeté en novembre dernier, et le groupe avait mis en cause la norme européenne.

J.M. avec AFP