BFM Business

Livret A: Valls n'exclut pas une baisse de sa rémunération

Le taux du livret A pourrait baisser à 1%

Le taux du livret A pourrait baisser à 1% - -

Le gouvernement devrait renoncer à élever le plafond du livret A à 30.600 euros, au lieu des 22.950 actuels. Par ailleurs, Manuel Valls n'a pas écarté, ce lundi, une baisse de sa rémunération.

Manuel Valls n'a pas écarté une baisse de la rémunération du Livret A lors de la prochaine échéance de fixation du taux. S'exprimant sur RTL ce lundi matin , il a lancé: "nous avons encore quelques jours pour prendre un certain nombre de décisions", a-t-il déclaré. Selon certaines rumeurs, le taux actuel de 1,25%, pourrait baisser à 1% pour prendre en compte la faible inflation.

Pas de relèvement du plafond

Par ailleurs, la réforme du Livret A devrait caler à mi-chemin, selon le Journal du Dimanche du 25 mai. Le plafond de ce produit d'épargne, relevé une première fois au 1er janvier 2013, ne devrait pas atteindre 30.600 euros, comme l'avait pourtant promis François Hollande.

Alors candidat à l'élection présidentielle, l'actuel président de la République s'était engagé à doubler le plafond du Livret A, de 15.300 euros à 30.600. L'exécutif avait décidé de procéder par palier, en l'élevant, il y a un an et demi, à 22.950 euros.

Ces opérations devaient permettre de récupérer plus de fonds pour bâtir deux fois plus de logements sociaux. Mais malgré le premier relèvement, les encours sur ce produit stagnent depuis 2011, indique le JDD. En outre, seuls 8% des détenteurs atteindraient les 22.950 euros.

Surtout, entre temps, les préoccupations du gouvernement ont changé. Il souhaite désormais "orienter l'épargne vers les entreprises", souligne une source à Bercy citée par l'hebdomadaire.

Les acteurs concernés - Caisse des dépôts, qui gère ces fonds, banques, HLM- ne réclament pas non plus la poursuite de la réforme, pas même les épargnants.

Philippe Crevel, le président du Cercle des épargnants, cité par le JDD, explique ainsi le taux de rémunération du Livret A, de 1,25%, n'en fait pas "le meilleur placement". Et qu'un relèvement du plafond "pourrait inciter l'Etat à remettre en cause les exonérations".

N.G.