BFM Business

Divorce Arkéa-Crédit Mutuel: les salariés montent au créneau

La direction d'Arkéa accuse depuis des années les dirigeants du Crédit Mutuel de vouloir porter atteinte à son autonomie, renforcer la centralisation et menacer ses emplois. 6000 de ses salariés se rassemblent ce jeudi à Paris pour soutenir leurs dirigeants.

Des centaines de salariés d'Arkéa, l'entité regroupant les fédérations Bretagne, Sud-Ouest et Massif Central du Crédit Mutuel, sont attendus ce jeudi à Paris pour manifester en faveur du projet de sortie du groupe bancaire engagé en janvier par leur direction.

"Nous serons près de 6000 soutiens mobilisés pour affirmer notre détermination à conserver la liberté d'entreprendre du groupe Arkéa et à maintenir les centres de décision et l'ensemble des emplois en région", a fait savoir dans un communiqué le collectif Indépendance pour Arkéa, qui rassemble des salariés favorables au divorce.

Prises de paroles devant le ministère de l'Économie

Aux côtés des collaborateurs, le collectif annonce la présence dans le cortège d'une cinquantaine d'élus (maires, députés, sénateurs, conseillers départementaux) et d'une centaine d'acteurs du monde économique et numérique, comme l'homme d'affaires Pierre Kosciusko-Morizet ou encore Jean-Guy Le Floch, patron de la société textile bretonne Armor-Lux.

Les manifestants, qui se rassembleront à partir de midi sur la place de la Bastille, doivent ensuite se diriger à partir de 13h vers le ministère de l'Économie et des Finances à Bercy, devant lequel des prises de paroles sont prévues jusqu'en fin d'après-midi.

"Nous demanderons collectivement au gouvernement que l'indépendance d'Arkéa, actée par le vote de nos caisses locales, soit mise en oeuvre rapidement et sereinement", affirme le collectif.

Un conflit de longue date

Cette manifestation constitue un épisode supplémentaire dans l'âpre conflit qui déchire de longue date le Crédit Mutuel, l'un des trois groupes bancaires mutualistes français et poids lourd du secteur en France.

La direction d'Arkéa accuse depuis des années les dirigeants du Crédit Mutuel de vouloir porter atteinte à son autonomie, de vouloir renforcer la centralisation en interne et de menacer ses emplois/ En janvier, elle a engagé une procédure de divorce avec le reste du groupe et a recueilli mi-avril l'assentiment d'une large majorité de ses caisses locales pour mener à bien ce projet d'ici à 2020. Arkéa, dont le siège est basé au Relecq-Kerhuon (Finistère), compte 9.500 employés.

P.L avec AFP