BFM Business

BNP Paribas: "un risque systémique mondial", selon Jean-Claude Trichet

Jean-Claude Trichet, l'ancien président de la BCE, était l'invité de BFM Business ce jeudi 5 juin.

Jean-Claude Trichet, l'ancien président de la BCE, était l'invité de BFM Business ce jeudi 5 juin. - -

L'ancien président de la Banque centrale européenne était l'invité de BFM Business, ce jeudi 5 juin. Outre les annonces de son successeur Mario Draghi, il a évoqué le litige opposant BNP Paribas aux autorités américaines.

Les annonces de de Mario Draghi ont, comme une majorité d'observateurs, réjoui Jean-Claude Trichet.

Invité de BFM Business ce jeudi 5 juin, l'ancien président de la Banque centrale européenne (BCE) a en effet loué l'action de son successeur, dont les décisions "vont toutes dans le bon sens".

"Je ne suis pas étonné qu’il y ait eu unanimité du conseil", a-t-il ainsi déclaré, soulignant la capacité de l'institution à "financer l’économie de la manière la plus active possible".

"Pire que disproportionné"

Mais une autre actualité brûlante semble, à l'inverse, inquiéter Jean-Claude Trichet, en l'occurrence l'éventuelle amende record que pourraient infliger les autorités américaines à BNP Paribas.

"Le premier problème, c’est qu’il n’y avait pas les mêmes règles des deux côtés de l’Atlantique en ce qui concerne les pays sous sanctions. C’est une anomalie", a-t-il affirmé. Deuxième problème, selon lui : "il ne semble pas qu’il y ait proportionnalité entre ce qui s’est passé et les chiffres gigantesques évoqués".

Enfin, et il s'agit sans doute du plus grave: "on parle d’une possibilité d’interruption du "clearing" (compensation) en dollar à New York. Je pense qu’il y a des éléments de risque systémique absolument considérable qui y sont associés. Je n’avais jamais entendu parler de cela, et c’est pire que disproportionné! C’est un problème de risque systémique mondial", s'est-il exclamé. Avant, tout de même, de conclure sur une note d'optimisme: "je suis sûr que la sagesse va triompher".

Y. D.