BFM Business

Assurance santé: comment Alan utilise la technologie pour faire baisser ses prix

L'assureur Alan, qui était spécialisé auparavant dans l'assurance santé pour les entreprises, propose désormais ses services aux particuliers. Le groupe mise sur la technologie pour se distinguer et proposer des tarifs attractifs.

Jusqu’à récemment, l’assureur santé digital Alan était réservé aux entreprises et travailleurs indépendants. Désormais, ses prestations, au travers de son application mobile du même nom, sont aussi adressées aux particuliers.

Un virage que son co-fondateur justifie notamment du fait d’une demande de plus en plus significative de la part des particuliers pour utiliser le service. "On a travaillé avec eux main dans la main. On leur a demandé quels étaient leurs besoins. Et on s’est aperçus qu’il y avait un potentiel de marché énorme et donc on a conçu des produits qui leur sont dédiés", explique Jean-Charles Samuelian, invité de Good Morning Business ce mercredi 28 août sur BFM Business.

Toute la question tient donc au fait de savoir dans quelle mesure Alan se démarque des autres assureurs en ligne. "On a reconstruit l’assurance de A à Z. On est vraiment assureur, on n’est pas un courtier ou un distributeur. On construit nos propres produits et on a construit toute l’interface à la fois mobile et sur l’ordinateur. On est la seule assurance à être ‘mobile first’. Donc tout peut se passer sur un téléphone portable dans l’application… On a créé plein d’outils pour rendre l’expérience de la santé ultra simple et intuitive", détaille Jean-Charles Samuelian.

Automatiser pour réduire les coûts

Sur le volet tarifaire, Jean-Charles Samuelian se targue d’être "la seule boîte d’assurance qui a baissé ses prix deux années d’affilée… De 10% la première année, de 5% la seconde". Alan revendique aujourd’hui 37.000 utilisateurs. Malgré la révision à la baisse de ses tarifs, les marges du groupe demeurent confortables dans le secteur des mutuelles de santé. Pour le cofondateur d’Alan, "il y a plein de leviers d’optimisation. Derrière la machinerie de gestion, il y a énormément de travail pour faire en sorte que cela soit automatisé, plus simple, plus rapide, plus fluide. Et quand on fait tout cela, on gagne en coût. Et on peut donc le redistribuer aux utilisateurs".

J. C-H