BFM Business

Appel à la grève le 15 avril dans les raffineries françaises

Travailleurs de la raffinerie Total de Donges, fin février près de Nantes. Les syndicats CGT de la branche pétrole appellent à une grève de 24 heures dans toutes les raffineries françaises le 15 avril dans le cadre du conflit avec Total sur l'avenir du ra

Travailleurs de la raffinerie Total de Donges, fin février près de Nantes. Les syndicats CGT de la branche pétrole appellent à une grève de 24 heures dans toutes les raffineries françaises le 15 avril dans le cadre du conflit avec Total sur l'avenir du ra - -

PARIS - Les syndicats CGT de la branche pétrole appellent à une grève de 24 heures dans toutes les raffineries françaises le 15 avril dans le cadre...

PARIS (Reuters) - Les syndicats CGT de la branche pétrole appellent à une grève de 24 heures dans toutes les raffineries françaises le 15 avril dans le cadre du conflit avec Total sur l'avenir du raffinage.

Cette grève aura lieu le jour d'une table ronde au ministère du Développement durable "obtenue par la grève des salariés du raffinage du groupe Total", au moment de l'annonce de la fermeture de la raffinerie de Dunkerque (Nord).

Dans son communiqué annonçant la grève du 15 avril, la CGT estime que "l'industrie du raffinage nécessite un plan d'investissement pluriannuel", que ce soit en termes environnemental ou de rééquilibrage des productions de carburants et produits finis.

Elle entend démontrer que la délocalisation de l'outil de production en dehors de l'Hexagone "ne repose que sur une logique financière et de profitabilité des dirigeants des groupes et entreprises du secteur."

Selon la CGT, le mouvement concernera 13 raffineries.

Total a annoncé le 8 mars lors d'un comité central d'entreprise (CCE) la fermeture de sa raffinerie de Dunkerque dont la production avait été suspendue depuis septembre 2009.

Le groupe a invoqué l'effondrement de la consommation de produits pétroliers en Europe et aux Etats-Unis et la baisse des marges de raffinage.

Toutefois, EDF et Total ont confirmé le même jour un accord prévoyant la construction d'un terminal méthanier à Dunkerque. "Le projet ne prévoit aucun licenciement, tous les salariés de Dunkerque ont un avenir chez Total", a déclaré la direction.

Un centre d'assistance technique, un centre de formation aux métiers du raffinage et la transformation des capacités de stockage de la raffinerie en dépôt logistique sont également prévus sur le site de Dunkerque.

Mi-février, une grève d'une semaine dans les six raffineries du groupe Total en France avait entraîné quelques perturbations dans l'approvisionnement des stations-services.

Une réunion intersyndicale du groupe Total doit se tenir jeudi à La Défense, près de Paris, pour décider de la suite à donner au mouvement de grève qui selon la CGT n'a été que "suspendu" après la reprise des négociations avec la direction.

"Nous n'allons pas attendre le 15 avril pour (défendre) Dunkerque", a dit à Reuters Charles Foulard, coordinateur CGT du groupe Total.

Gérard Bon et Mathilde Cru, édité par Yves Clarisse