BFM Business

Aigle Azur: le comité d'entreprise soutient deux offres de reprise

-

- - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le comité d'entreprise d'Aigle Azur a rendu un avis consultatif favorable à deux offres de reprise de la compagnie placée en redressement judiciaire avant l'audience prévue lundi au tribunal de commerce d'Evry.

Le comité d'entreprise a examiné jusque tard vendredi soir les 14 offres de reprise de la compagnie aérienne. Il s'est finalement « positionné en faveur des projets de redressement qui poursuivent l'activité Aigle Azur avec son personnel », a indiqué à l'AFP Loïc Philippot, vice-président du SNPL Aigle Azur mais non élu au CE.

Dans ce cadre, il a rendu un avis favorable sur deux projets: celui de Lionel Guérin, ancien PDG de Hop!, filiale du groupe Air France et celui de l'actionnaire minoritaire d'Aigle Azur, Gérard Houa, a précisé Loïc Philippot.

Si le tribunal décidait d'une liquidation judiciaire, l'offre d'EasyJet a la préférence du SNPL par rapport à celle d'Air France, a indiqué Loïc Philippot. EasyJet est venue détailler son offre au comité d'entreprise vendredi. La compagnie aurait proposé de reprendre les créneaux horaires avec cinq ou six avions et le personnel associé.

« Mais EasyJet reprendrait les commandants de bord comme commandants de bord, et les copilotes en tant que copilotes, ce que ne peut pas faire Air France pour des raisons sociales internes. Pour nous, c'est une différence significative », a-t-il ajouté.

En redressement judiciaire, Aigle Azur est dans une telle impasse financière qu'il ne peut ni dédommager financièrement ses clients, ni même assurer le rapatriement des voyageurs dont le vol retour a été annulé.

La compagnie emploie quelque 1 150 personnes, dont 800 en France et 350 en Algérie. Avec ses 11 avions, le groupe a transporté 1,88 million de passagers en 2018, année pendant laquelle elle a réalisé un chiffre d'affaires de 300 millions d'euros.

Elle assurait notamment des liaisons avec l'Algérie, qui représentaient environ 60% de son activité. Elle effectuait également des vols vers le Liban, le Portugal, la Russie et l'Ukraine. Ses long-courriers étaient à destination du Brésil et du Mali.

La rédaction