BFM Business

Que répondre à un recruteur qui vous dit: "Avez-vous des questions?"

Voilà une bonne heure que vous défendez votre candidature face à un recruteur. Vous pensez l'affaire bien engagée... jusqu'à ce qu'il vous pose cette question déstabilisatrice. Voici comment s'y préparer.

Lors d'un entretien d'embauche, les 30 premières secondes sont primordiales. À la façon dont vous vous présentez, vous vous tenez, au ton que vous adoptez, le recruteur sait s'il a envie de retenir votre candidature ou pas. Mais il faut aussi tenir sur la longueur, tout au long de l'entretien, il faut continuer de convaincre votre interlocuteur que vous êtes la personne idéale. Il faut adopter un discours plein d'enthousiasme qui détaille vos compétences, vos réalisations, et votre valeur ajoutée.

Au bout d'une heure d'échanges, vous êtes satisfait de votre prestation, vous voyez la fin de l'entretien approcher. Mais le recruteur vous surprend en vous demandant: "Avez-vous des questions à poser?". Pourtant, c'est une étape très classique d'un entretien. Mais vous ne l'avez pas préparée. 

Bannir les questions trop techniques

Que répondre? "Non, je n'ai aucune question". Mauvais choix. Le recruteur va estimer que vous n'êtes pas assez intéressé. Hors de question de l'interroger sur le nombre de RTT ou bien sur un point trop technique.

Le conseil des experts: poser des questions sur l'entreprise. Demandez par exemple quels sont les axes de développement en cours. Soyez également tactique, et intéressez-vous à l'entreprise tout en glissant des informations sur vous. "J'ai vu que vous aviez un bureau à Shanghai, comme je parle chinois, je me demandais s'il y avait des opportunités?".

En conclusion, soignez vos sorties encore mieux que vos entrées.

L.C avec C.C.