BFM Business

Les Français sont autant attachés à leur job qu'à leur vie privée

88% des Français déclarent que leur vie sentimentale et familiale est prioritaire.

88% des Français déclarent que leur vie sentimentale et familiale est prioritaire. - Sven Nackstrand- AFP

Leur travail n'est pas qu'un gagne-pain. 88% des Français se sentent très investis dans leur vie professionnelle, et plus de la moitié des cadres seraient même prêts à travailler plus sans compensation. En revanche, la vie personnelle est tout aussi importante pour leur équilibre.

Les Français déçus par le peu de reconnaissance que leur accorde leur employeur ou gagnés par la routine quotidienne faute d'évolution suffisante? Ce n'est pas du tout leur état d'esprit. 88% se déclarent très engagés dans leur vie professionnelle, selon un sondage du cabinet d'étude Occurrence (1). Chez les femmes, le taux grimpe même à 90%. Si l'investissement syndical et caritatif ne fait pas vraiment recette (respectivement 32% et 35% se sentent investis), les Français tiennent beaucoup à leur vie personnelle, qui elle aussi est jugée prioritaire pour 88% des sondés.

Les loisirs sont plébiscités par 81% des Français. L'équilibre vie privée-vie professionnelle est donc un enjeu que les entreprises doivent prendre très au sérieux: elles ont tout à y gagner car leurs salariés sont prêts à donner beaucoup.

Pas prêts à mentir aux clients

Ainsi, les personnes sondées aimeraient aussi transmettre leur flamme à leurs collègues: 66% des collaborateurs encouragent leur équipe à s'investir encore plus dans leur job. C'est encore plus marqué chez les cadres, où ils sont 74% à demander plus d'investissement à leurs voisins de bureau.

Chez les cadres, une majorité (55%) sont même prêts à se donner plus encore, en augmentant leur temps de travail même sans compensation, soit 10 points de plus que la moyenne des Français. Les ouvriers et les employés ne sont que 36% à déclarer accepter de faire un tel effort.

Ils font aussi confiance et sont fiers de ce que leur boîte produit, car 73% sont prêts à recommander à leur entourage les produits ou les services de leur entreprise. Ils sont aussi capables de jouer les lanceurs d'alerte: 58% pourraient dénoncer des pratiques délictueuses qui pourraient porter préjudice à leur société. En revanche, leur attachement n'est pas aveugle au point d'oublier leur moralité: 68% ne sont pas prêts à mentir ou cacher des informations à un client pour décrocher un contrat ou autre.

(1) Etude réalisée auprès de 1.000 personnes âgées de 18 à 65 ans.

C.C.