BFM Business

Le "robot" chasseur de têtes débauche ceux qui ne candidatent à rien

"Pour trouver le profil parfait, les recruteurs n'enquêtent plus seulement dans le monde physique, mais aussi sur la Toile. Et ce, en épiant tout le monde, même ceux qui ne sont inscrits sur aucun site de recherche d'emploi. "

Désormais, le chasseur de tête contemporain est devenu numérique. Il existe même un logiciel qu’utilisent les entreprises pour trouver la perle rare. Son terrain d'enquête n'est plus les couloirs des entreprises, des meilleures écoles et des concours de talents. Le profil idéal, il le recherche en ligne !

Sa cible? Vous ! Même si vous ne postulez à rien, même si vous n’êtes inscrit sur aucun site de recherche d’emploi, vous devenez quand même un candidat "enrôlable". 

Le service s'appelle Talentbin, du nom d'une start-up américaine rachetée en 2014 par le géant du recrutement en ligne Monster. Ce logiciel scanne tout ce que vous dîtes sur Twitter, sur Facebook, partout sur le Web. S’il cherche des profils spécialistes du digital, il va se concentrer sur des forums de discussions, et traquer ceux qui répondent pour résoudre les problèmes des autres.

Le logiciel comprend tout 

Ce "robot" analyse des masses énormes de données. Par exemple, il comprend que "chauffeur de bus" est un synonyme de "conducteur de car". Quand il voit écrit le sigle ADP, il sait si cela désigne le logiciel de gestion de paie ou le groupe Aéroports de Paris.

Mieux encore: une fois qu’il vous a trouvé sur le Web, à condition que vous ayez laissé suffisamment d’informations, il peut savoir qui vous êtes dans la vraie vie, et comment vous contacter !

Et du coup, il peut lancer la deuxième étape: vous appâter. Les recruteurs utilisent ces outils numériques pour trouver des profils très demandés, par exemple des petits génies du langage informatique. Une fois identifiés, il faut leur donner envie de travailler pour le client du "robot", personne d'autre.

Des offres d'emploi ciblées s'affichent

Là encore, tout passe par le Web. Le principe est identique à celui de la publicité ciblée sur internet. Vous savez, quand vous avez regardé, disons un pyjama, sur un site marchand. Mais vous ne l'avez pas acheté. Des bandeaux publicitaires vantant exactement le même pyjama apparaissent ensuite sur tous les sites que vous consultez. En l'occurrence ici, ce sont des offres d'emploi -censées vous correspondre- qui vont vous suivre partout. Aujourd'hui dans votre fil Twitter, demain sur Facebook, et pourquoi pas sur Google.

Alors certes, la publicité qui vous suit partout ne vous oblige pas à acheter le pyjama. Donc vous n’allez pas forcément répondre à l’offre d'emploi. Peu importe, l'entreprise gagne à tous les coups: même si vous ne candidatez pas, vous voyez quand même le nom de l'employeur qui vous veut dans ses rangs. La marque s'imprime dans votre tête. Les employeurs adorent le service, explique Karl Rigal, le directeur de la filiale française du géant américain Monster. Ces outils sont "le best-seller de Monster", affirme-t-il.

Nina Godart