BFM Business

L'aspect physique, un critère qui joue à fond pour décrocher un job

 21% des chômeurs victimes de discriminations mettent leur tenue vestimentaire en cause.

21% des chômeurs victimes de discriminations mettent leur tenue vestimentaire en cause. - Pexels

8% des chômeurs affirment avoir fait l'objet de discrimination sur leur apparence physique, révèle un sondage de l'Organisation Internationale du Travail. Les femmes seraient particulièrement visées, surtout quand elles sont en surpoids.

Avoir un style atypique ou être corpulent est un frein à l'embauche. L'apparence physique est le deuxième critère de discrimination à l'emploi, derrière l'âge, selon le 9e baromètre du Défenseur des droits et de l'Organisation Internationale du Travail. 8% des chômeurs interrogés déclarent avoir été écarté du fait de leur apparence, et ce quel que soit leur âge ou leur niveau d'étude. En revanche, les femmes sont plus touchées par le poids de l'apparence, puisqu'elles sont 10% à avouer avoir subi cette situation contre 6% des hommes.

Parmi les sondés ayant vécu une telle situation, 21% jugent que leurs attributs vestimentaires sont en cause. Leur tenue, leurs éventuels tatouages et piercing, voire leur coiffure, n'auraient pas plu aux recruteurs qui de ce fait les auraient écartés. Le conformisme vestimentaire pèse plus fortement sur les femmes : celles qui ont un style atypique sont deux fois plus nombreuses que les hommes à avoir ressenti une discrimination liée à leur look.

L'entretien d'embauche, un moment délicat

Mais ce sont surtout les caractéristiques corporelles (poids, taille, traits du visage) qui par essence, ne peuvent pas être modifiées par le candidat, qui seraient dans le viseur des recruteurs. 63% des chômeurs (70% des femmes et 51% des hommes) estiment avoir été discriminé en raison de leur physique. Les personnes en surpoids ou obèses sont les plus stigmatisées. Les hommes obèses rapportent trois fois plus souvent que les hommes sveltes avoir fait l'objet d'une discrimination physique. "Les femmes obèses rapportent 8 fois plus souvent que les femmes d’IMC "normal" avoir été discriminées à cause de leur apparence physique" soulignent les auteurs de l'étude.

L'entretien d'embauche constitue le moment le plus délicat, puisque c'est lors de ce rendez-vous que 64% des candidats déclarent avoir connu un cas de discrimination. Un taux qui grimpe à 82% pour les discriminations d'ordre physique. Certains recruteurs n'hésitent pas à pointer du doigt la corpulence du candidat: 11% des chômeurs ont fait l'objet de questions sur leur corpulence. Ce taux grimpe à 33% chez les chômeurs obèses.

C.C.