BFM Business

Et si on cessait de terminer nos mails par "cordialement"

"En utilisant "cordialement" avec un interlocuteur que vous ne connaissez pas ou peu, vous ne prenez aucun risque. Mais l'usage massif de la formule en a complètement galvaudé le sens. En changer peut vous permettre de mieux retenir l'attention du destinataire de votre mail. "

Petit plaidoyer contre l’usage du “cordialement”. Les spécialistes des ressources humaines et du recrutement que nous avons interrogés confirment que le terme reste la formule de fin de mail sans risque par excellence. Qu’on s’adresse à un recruteur, à un client ou à son N+2, "cordialement" passe partout.

Mais justement, la formule est tellement passe-partout qu’elle a complètement perdu son sens initial. Cordialement, à la base, veut dire chaleureusement. Qui reçoit un mail terminé par “cordialement” et trouve que c’est chaleureux?

Un site contributif d'alternatives au "cordialement"

Le problème, c’est qu’il n’y a pas vraiment d’alternative ayant une telle vocation "couteau suisse". Mais on peut regarder les propositions d'une personne qui a fait de la mort du “cordialement” le combat de sa vie. Il s’appelle Sébastien Desbenoit et travaille pour l’agence de communication ThinkInnovation. Il y a quelques années, sur un projet, il échange des dizaines de mails par jour avec son client. Et contrairement à d’habitude, il ne ressent aucune lassitude. Il réalise que c’est parce que son interlocuteur change systématiquement de formule de politesse. Et qu'il n’utilise jamais "cordialement".

Alors Sébastien Desbenoit décide de créer un site contributif où tout un chacun peut proposer des alternatives au "cordialement". Il y en a des dizaines aujourd’hui. Par exemple, les traditionnelles formules de contexte comme "bon après-midi", "bon début de semaine", ou liées à la météo, type "je nous souhaite le retour du soleil". Mieux encore: celles qu’on adapte à la personne à qui on écrit. À Apple, "pommement vôtre”, à EDF: “électriquement vôtre”, à votre client bordelais : “chocolatinement vôtre”. Pourquoi pas? 

La fébrilité de la première fois

Pas sûr que ces locutions se généralisent, quand bien même elles ont un fort potentiel "bonne humeur" dans l'open space. Mais Sébastien Haas, vice-président France d'ADP, le spécialiste des solutions RH, et Stéphanie Delestre, du site de recrutement Qapa remarquent que les formules de fin de mails sont de plus en plus variées. L’idée n’est pas non plus de passer trois heures à chercher une alternative au "cordialement". Mais à l’heure où on reçoit des centaines de mails par jour, une petite formule de politesse qui sort du lot permet de retenir l’attention de l’interlocuteur.

Si vous décidez d’abandonner le cordialement, la première fois, vous serez fébrile. C’est normal. Mais tous ceux qui ont arrêté disent que les relations restent toujours aussi professionnelles et sérieuses. Sauf que paradoxalement, supprimer le “cordialement” rend les relations... plus cordiales.

Nina Godart