BFM Business

Comment La Poste transforme le voilier le Belem en outil de management

VIDÉO - 41 salariées de La Poste ont été sélectionnées pour partir 10 jours en mer afin de participer à une régate à bord du mythique trois-mâts. Pour La Poste, cette course doit leur permettre de se dépasser, de se découvrir de nouvelles compétences qui permettront d'enrichir leur travail, voire de leur ouvrir de nouvelles perspectives de carrière.

Les gazelles de la mer sont sur le pont. 41 femmes, travaillant pour le groupe La Poste, embarquent ce lundi à bord du voilier le Belem pour participer à la Tall Ship Regatta. Elles sont cadres, factrices, conseillères financières ou encore directrices d'établissement et ont entre 29 et 57 ans. Rien ne les prédestinait à devenir navigatrice le temps d'une traversée entre Dublin et Bordeaux.

C'est justement l'objectif de La Poste : permettre à ces femmes de sortir de leur monde professionnel, mais aussi familial, pour s'immerger pendant 10 jours dans un domaine inconnu où elles vont apprendre à mieux se connaître et à relever des défis. "Au travers de cette course, nous voulons qu'elles s'ouvrent à de nouvelles opportunités, qu'elles se découvrent des ressources jusqu'alors inexploitées qu'elles pourront ensuite mettre au service de l'entreprise", détaille Brigitte Dasseux, responsable du projet des gazelles de la mer au sein de la direction communication du groupe La Poste.

De nombreux parallèles avec l'univers de l'entreprise

Le domaine de la navigation présente en effet de nombreuses similitudes avec le monde de l'entreprise : il faut œuvrer vers un but commun, apprendre à travailler avec les autres, suivre les consignes d'un supérieur. De plus, lors de la course, les navigatrices devront faire preuve de ténacité, apprendre rapidement, affronter des imprévus sans paniquer, donner un coup de main quand le besoin se fait sentir… autant de savoir-être que l'on peut mettre à profit dans le monde professionnel.

Les 41 gazelles de la mer ne sont pas jetées brutalement dans le grand bain. Le Belem est un navire école où l'équipage, composé de 16 marins professionnels de la Marine Marchande, est habitué à encadrer des novices. Toutes occuperont à tour de rôle tous les postes, de jour comme de nuit.

Jusqu'à 600 candidatures

Cela fait trois années que la Poste organise des régates à bord du trois-mâts du 19ème siècle. Et le succès ne se dément pas, les navigatrices des éditions précédentes jouant le rôle d'ambassadrices auprès de leurs collègues. Une sélection est opérée car entre 400 à 600 femmes se présentent chaque année. La première étape consiste à déposer une candidature. "C'est une étape primordiale, car nos collaboratrices doivent se mobiliser comme si elles postulaient à un emploi. Elles doivent détailler leur parcours, leurs motivations, leur attachement à l'entreprise", souligne Brigitte Dasseux.

L'accord de leur manager est aussi nécessaire car les gazelles vont devoir s'absenter de leur service le temps de la course. "Avec le recul, les managers se rendent comptent qu'ils ont tout à y gagner. Quand une personne participe à ce projet, c'est une nouvelle énergie qui est insufflée dans le service. C'est aussi l'occasion pour un manager de reconnaître les compétences de l'une de ses collaboratrices", fait valoir Brigitte Dasseux. Des tests psychologiques en ligne permettent de vérifier que la candidate est par exemple capable de vivre en groupe ou bien de mesurer son degré d'émotivité.

Seulement 90 dossiers ont été retenus pour passer les épreuves sportives, qui se déroulent le temps d'un week-end. Une étape au cours de laquelle les premières amitiés émergent. "Elles se rendent compte de la force du groupe. Les plus affûtées au niveau physique aident les autres", relate Brigitte Dasseux.

L'effet se prolonge dans le temps : certaines candidates se remettent au sport, et continuent à échanger avec les collaboratrices qu'elles ont rencontrées. Toutes sont derrière les 41 candidates sélectionnées qui vont prendre la mer ce lundi. La Poste ne se fixe pas l'objectif d'être bien placée dans la course, l'essentiel étant de boucler une belle aventure humaine.

-
- © Les gazelles de la mer édition 2018
Coralie Cathelinais