BFM Business

Comment faire face à la pression au travail?

Halte à la pression! Surtout, il ne faut pas paniquer face à la montagne de choses à faire, mais se dire que l'on va faire au mieux.

Halte à la pression! Surtout, il ne faut pas paniquer face à la montagne de choses à faire, mais se dire que l'on va faire au mieux. - ErikaWittlieb- CC

Des objectifs de plus en plus élevés à atteindre, des délais de plus en plus serrés… Quel que soit le métier, la pression est désormais devenue une forme de management. Pourtant, à haute dose elle est contre-productive. Voici comment retrouver un nouveau souffle.

Ces derniers temps, vous accumulez les heures supplémentaires. Davantage de dossiers à traiter, des délais qui raccourcissent, autant de facteurs qui vous mettent sous pression. Si elle est passagère, parce qu'inhérente à l'activité de votre entreprise ou parce que vous venez de prendre de nouvelles fonctions, cette pression peut être stimulante et permettre de dépasser ses limites. Mais ce n'est pas toujours le cas. "La tendance globale au sein des entreprises est de miser sur des résultats quantitatifs plutôt que qualitatifs. On n'hésite pas à vous faire comprendre que si vous ne savez pas supporter cette pression, d'autres sont là pour prendre votre place", explique Michelle Jean-Baptiste, auteure du livre Libérez-vous de la pression au travail (Fortuna Editions). Se dire que l'on va résister n'est pas tenable sur le long terme. Il faut prendre le temps de faire le point sur la situation, avant que cette atmosphère pèse sur la qualité de votre travail et aussi sur votre santé.

Arrêter de se mettre la pression 

En premier lieu, il faut identifier les sources de cette pression. Elles ne sont pas forcément externes. "Certaines personnes, de nature anxieuse et à la recherche de reconnaissance, vont d'elles-mêmes se mettre la pression pour être toujours au top, toujours dans les clous, pour paraître les plus efficaces", détaille Michelle Jean-Baptiste. Au point que leur niveau d'exigence sur la qualité du travail à rendre dépasse largement ce que leur manager demande. Dans ce cas, il faut travailler sur la confiance en soi… et savoir se montrer bienveillant envers soi-même.

Entamer un dialogue

La plupart du temps, la pression vient de l'encadrement. Mais plutôt que d'aller râler auprès de vos collègues ou de votre conjoint de ce surcroît de travail qui vous donne tant de souci, il faut s'en ouvrir auprès du responsable. "Rien qu'en formulant l'origine de votre malaise, vous allez relâcher la pression", met en avant Michelle Jean-Baptiste.

Il faut détailler à votre responsable quelle est votre charge de travail actuelle et votre emploi du temps, car il n'en est pas forcément conscient. "Attention, il ne faut surtout pas être vindicatif. Il faut parler en adoptant le 'je' et pas le 'tu', accusatoire", conseille la coach. Ainsi, il est conseillé de dire: "Je suis sous l'eau car j'ai pris en main tel et tel dossier, et qu'un autre m'a été confié en plus la semaine dernière" plutôt que "tu n'as pas arrêté de me donner des dossiers en plus ces derniers temps", qui assurément va conduire à bloquer le dialogue.

Mais il ne faut pas se borner à énoncer les faits. Il faut aussi proposer des solutions en lui soumettant un plan d'aménagement du planning ou des alternatives de répartition des tâches.

Apprendre à relativiser

Et si votre interlocuteur ne prête pas une oreille attentive à votre demande et ne veut rien entendre sur le rythme effréné qu'il vous impose? Il faut apprendre à relativiser et à composer. "Surtout, il ne faut pas paniquer face à la montagne de choses à faire, mais se dire que l'on va faire au mieux", conseille Michelle Jean-Baptiste. Pour cela, il faut évaluer ce qui est important et ce qui est urgent, afin de s'y atteler en priorité. Le reste attendra. "Il faut anticiper en expliquant qu'il y aura un décalage dans le rendu. D'ailleurs c'est un terme qu'il faut préférer à celui de retard", avance la coach.

La plupart des gens qui vous entourent, qu'il s'agisse du manager ou d'un client, n'ont pas conscience du temps de travail que peut représenter une mission, il faut donc les alerter sur ce point, et leur expliquer que matériellement ce n'est pas possible. "Les gens mettent bien souvent la pression quand ils sont confrontés au silence. Ainsi prévenus, il y a de fortes chances qu'ils se révèlent conciliants et adoptent le nouveau calendrier proposé", développe Michelle Jean-Baptiste.

Un simple "merci" a des vertus miraculeuses sur la pression 

La pression se vit également plus ou moins bien en fonction du contexte dans lequel on évolue. Si l'équipe est soudée, si l'ambiance est bonne, chacun aura à cœur de donner le meilleur de lui-même pour atteindre les objectifs. En revanche, si tout le monde est à couteaux tirés, la pression se révélera vite paralysante, voire destructrice. "Ce qui est le plus frappant dans ce cas-là, c'est le manque de reconnaissance pour le travail accompli. Or un simple merci permet de relâcher les tensions", pointe du doigt Michelle Jean-Baptiste. Son conseil: être son meilleur ami. Autrement dit, il faut se monter bienveillant envers soi-même, en mesurant le travail accompli et les efforts fournis plutôt qu'en focalisant sur ses manquements. Et pourquoi pas se féliciter et s'encourager à haute voix!

Coralie Cathelinais