BFM Business

Comment éviter qu'un séminaire d'entreprise fasse un flop

"Le séminaire de cohésion d'équipe ou "team building" reste le moyen préféré des entreprises pour souder les liens entre les salariés. Encore faut-il que ses organisateurs soient lucides et raisonnables sur les avantages qu'ils peuvent tirer ce type d'événements. "

Souder les équipes est un enjeu pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Leur méthode préférée reste le séminaire. Mais est-ce que le bon vieux “on emmène tout le monde au vert” fonctionne vraiment ?

En réalité, tout dépend de l’intention. Or près de la moitié des demandes que reçoivent des prestataires en événement de team building sont à côté de la plaque. C'est notamment le constat que dresse One-to-Team.

Premier écueil: l'entreprise veut faire passer un message à ses salariés. Le séminaire n'est pas le lieu pour cela. Au contraire, il doit servir "à leur donner un rôle, à faire fonctionner leur cerveau, à solliciter leur esprit d'intiative", explique Priscilla Leherle, la dirigeante de One-to-team. D’ailleurs "l'entreprise se doit d'être exemplaire: si, de retour au bureau, les managers infantilisent les équipes, l'évènement n'aura servi à rien", ajoute-t-elle.

Autre mauvaise raison d'en organiser: éviter la fuite des talents. "C’est comme dans un couple, il ne suffit pas d'organiser un week-end à Venise en dix ans pour faire retomber amoureux", souligne Bénédicte Ravache, secrétaire générale de l'ANDRH.

Voici les trois conditions pour un séminaire de team building efficace:

1. On choisit le séminaire adapté au but recherché.

Par exemple, s'il s'agit de faire mieux collaborer des équipes réparties aux quatre coins du monde, pas besoin d'emmener tout le monde dans un palace sous les tropiques. Les spécialistes proposent, par exemple, de réunir les différentes équipes dans des salles de travail pour les faire réfléchir sur un jeu de stratégie comme le “pipeline du siècle”. Chaque groupe doit construire la portion du pipeline qui traverse sa zone. Pour que le projet aboutisse, il faut que toutes les équipes réussissent.

2. On n'attend pas que le dialogue soit rompu

"Le principe est le même que pour le contrôle technique de sa voiture", indique Bénédicte Ravache, de l'ANDRH. En somme, "le séminaire n'est pas efficace lorsqu'il s'agit d'essuyer les plâtres", confirme Priscilla Leherle. D'autant que proposer une activité cassage de murs en "placo" dans une salle de démolition à des salariés qui se détestent, cela pourrait finir en accident du travail.

3. On briefe bien son prestataire

"Pas la peine d’embellir la situation: plus le client sera précis et vrai dans sa description du statut et de la situation de l'équipe, plus le séminaire aura de chances d'être opérant", précise Stéphane Waller, fondateur de Meltis. Autrement, il y a de fortes probabilités de dérapage.

Pour les participants, une consigne. Sur le papier, le séminaire est certes facultatif, mais en réalité, sauf cas de force majeur, il faut y aller absolument. Sinon, vous risquez d'être catalogué comme un collaborateur asocial, et de compromettre votre avenir dans une société qui cherche justement à fédérer ses salariés.

Nina Godart