BFM Business

8 salariés sur 10 voudraient plus de liberté dans leur travail

Les Français estiment mieux travailler et trouver plus d'intérêt à leur job quand ils ont la possibilité de rester chez eux ou de fréquenter des espaces de coworking.

Les Français estiment mieux travailler et trouver plus d'intérêt à leur job quand ils ont la possibilité de rester chez eux ou de fréquenter des espaces de coworking. - Unplash - CC

"Plus de 76% des Français aimeraient disposer de plus de flexibilité pour organiser leurs journées de travail, selon une étude Powwownow, notamment car cela les rend plus créatifs. Mais plus que la direction, ce sont les managers directs qui freinent ces évolutions."

Pourquoi venir chaque jour au travail, faire des journées à heures fixes coincé à son bureau alors que les outils numériques permettent désormais plus de souplesse dans l'organisation de son travail? Ces questions, les Français se les posent. Ils sont plus de 76% à déclarer être intéressés par plus de flexibilité dans leur emploi du temps, selon un sondage (1) publié ce 10 mars par Powwownow, spécialiste des solutions de travail à distance. Ce mode de fonctionnement est plébiscité aussi bien par les femmes (76,19%) que par les hommes (76,65%). "En France les salariés aiment leur entreprise, ils aiment s'y investir mais en même temps ils aiment travailler en des lieux autres. En restant par exemple chez soi 1 à 2 jours par semaine pour s'échapper de l'entreprise", commente Jean-Pierre Durand, sociologue du travail et professeur à l'université d'Evry.

Le stress des trajets en moins

Les salariés ne voient que des avantages à pouvoir s'organiser comme ils veulent: 71,40% des sondés pensent qu'ils seraient plus productifs en travaillant en dehors de leur lieu de travail habituel. 77,50% estiment que cette flexibilité rendrait leur emploi plus attrayant. Ils sont aussi 71,10% à penser que cela aurait un impact positif dans leurs relations avec leurs collègues.

Sans compter que s'ils pratiquaient le télétravail, ils pourraient s'affranchir des désagréments liés au trajet. 32% des salariés déclarent arriver au travail stressés à cause de cela une fois par semaine, et 15,80% connaissent cette situation quotidiennement.

"Bosser chez soi permet de gagner du temps, de moduler son emploi du temps, de faire des économies aussi car on mange des petits plats maisons qui coûtent moins cher. Et l'on est aussi plus efficace car on est moins sollicité", résume le sociologue.

Moins d'un tiers des entreprises encouragent la flexibilité

Pourtant les entreprises sont encore frileuses à offrir cette souplesse à leurs salariés. Seulement 32,90% des sondés affirment que le travail flexible est encouragé par leur entreprise. "Les directions d'entreprise sont favorables au travail flexible", tempère Jean-Pierre Durand. Avant d'ajouter que "ce sont souvent les managers de proximité qui freinent car ils ne peuvent exercer une surveillance directe".

Effectivement le travail à distance peut demander aux chefs d'équipes un temps d'adaptation. 81,20% des salariés pensent que cela va demander aux managers de s'adapter à ces nouvelles organisations. "C'est du côté des managers qu'il faut assurer une sensibilisation pour qu'ils acceptent cette flexibilité. Il ne faudrait pas que le travail à distance s'accompagne de dispositifs de contrôle plus contraignants encore que ce qui est fait au sein de l'entreprise", met en garde le sociologue du travail.

(1) sondage réalisé entre le 22 et le 28 janvier 2016 auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 personnes.

C.C.