BFM Business

Un parent sur trois ne comprend pas le métier de son enfant

Les professions apparues avec l'essor des nouvelles technologies ont peu de chance d'être connues des parents.

Les professions apparues avec l'essor des nouvelles technologies ont peu de chance d'être connues des parents. - -

Face à la complexité de certaines dénominations et aux évolutions technologiques, les parents ne s'y retrouvent plus. Les métiers d'actuaire, chargé de relation presse ou encore gestionnaire de données font partie de ceux apparaissant les plus obscurs.

C’est un nouveau clivage générationnel que révèle Linkedin. Le réseau social professionnel a mené une étude sur la compréhension qu'avaient les parents vis-à-vis du métier excercé par leur progéniture: 35% d’entre eux n’auraient qu’une vague idée des activités qui permettent à celui-ci de vivre !

Car si enfant, beaucoup voulaient être pompier ou maitresse d'école, une fois grand, leur carrière les orientent plutôt vers des fonctions d'attaché de presse ou de contrôleur de gestion. Et face à ces termes, les parents y perdent leur latin.

Le métier le plus obscur à leurs yeux ? Celui d’actuaire. 83 % des parents ne savent pas que cette profession consiste à gérer les statistiques et les probabilités des risques auprès des compagnies d’assurance. Pour leur décharge, ce métier doit apparaître aussi incompréhensible à une bonne partie de la population.

Des métiers jeunes

Dans le top 10 des professions les plus incomprises, figure aussi le métier de community manager, très en vogue actuellement. 64% des parents ne savent pas que leur enfant est payé pour gérer et animer des communautés sur le web.

Mais cette profession est nouvellement apparue. C’est justement l’une des raisons avancées dans l'étude pour expliquer cette incompréhension : beaucoup de métiers très prisés aujourd’hui n’existaient pas il y a dix ans.

"Si on reprend certains magazines de 2003, il y avait une start-up qui s’appelait Google, on ne savait pas trop ce qu’il faisait, mais c'est tout. Toute cette vague de métiers de communication online était beaucoup moins développée" explique Jean-Noel Chaintreuil, spécialiste en ressources humaines.

L'évolution des nouvelles technologies a conduit à l'émergence de nouveaux métiers. "On va avoir des gens dans très peu de temps qui seront chargés de projets ou de missions mobile", poursuit le spécialiste.

Multiplication des métiers à consonance anglophone

Autre facteur pour expliquer cette distanciation des parents : le nom même des métiers. "On a voulu détailler, on a voulu s’inspirer des Etats-Unis ou d’autre en mettant des mots compliqués, du coup on perd les gens", avance Jean-Noel Chaintreuil.

Il cite ainsi de nouvelles professions obscures comme "des optimisateurs de titres, les headline optimize, ou encore les social média manager. Et donc qu’est-ce que ça gère ?" s'interroge le spécialiste.

Toutefois, certains résultats de l'étude paraissent obscures. Pourquoi trouve-t-on dans le top 10 des métiers les plus incompréhensibles des professions classiques comme créateur de mode, contrôleur de gestion ou encore sociologue ?

Coralie Cathelinais avec Caroline Morisseau