BFM Business

Un Français sur cinq travaille ce lundi. Et vous ?

-

- - -

Pour la deuxième année consécutive, ce lundi de Pentecôte est un jour férié. Mais certains salariés sont au travail au titre de la journée de solidarité qui, elle, n'a pas disparu.

Mise en place après la canicule de 2003 et ses 15 000 victimes, le but de cette journée de solidarité est de financer des actions en faveur des personnes âgées, notamment la prévention des risques liés à un éventuel futur événement de la même ampleur. Mais elle a connu quelques péripéties depuis : lancée en 2004 par Jean-Pierre Raffarin, elle avait imposé à toutes les entreprises le lundi de Pentecôte comme jour travaillé. Et en 2008, face aux protestations persistantes, Xavier Bertrand, alors ministre des Relations sociales, a dû se résigner à instaurer une nouvelle formule : désormais, cette journée de solidarité peut être effectuée n'importe quand. À chaque entreprise ou branche professionnelle d'en décider avec ses syndicats.
Que vous travailliez ou pas ce lundi, dites-nous ce que vous pensez de cette journée de solidarité, dans le forum ci-dessous !

Selon un sondage IFOP pour Ouest France, ce lundi de Pentecôte sera chômé par 4 salariés sur 5. En résumé, entreprises et service publics ferment leurs portes aujourd'hui, les commerces, eux, seront majoritairement ouverts. Ceux qui ne travaillent donc pas aujourd'hui doivent, s'ils ne les ont pas déjà rendues, 7 heures de travail à l'Etat, via leur employeur.

Pas question de « travailler pour ne rien gagner » !

La CFTC a déposé un préavis de grève pour aujourd'hui. Comme l'explique son président, Jacques Voisin, le syndicat conteste le « travailler pour ne rien gagner » et entend ainsi « défendre le principe de tous les jours fériés ». Pour le syndicat, la prise en charge de la dépendance ne doit pas reposer quasi-exclusivement sur les salariés.

La Rédaction, avec Céline Martelet