BFM Business

Un Français nommé à la tête du géant américain Best Buy

Le Français Hubert Joly va devoir clarifier la stratégie d'un groupe miné par les problèmes de gouvernance.

Le Français Hubert Joly va devoir clarifier la stratégie d'un groupe miné par les problèmes de gouvernance. - -

Hubert Joly a été nommé, ce lundi 20 août, à la tête de Best Buy, le leader américain de la distribution de produits électroniques. Le Français va piloter le redressement d’un groupe en grande difficulté.

En septembre, Hubert Joly va prendre les rênes de Best Buy. Le numéro 1 américain de la vente de matériel électronique grand public l’a confirmé, ce lundi, dans un communiqué. Hubert Joly était jusque-là patron du groupe hôtelier Carlson. Il a derrière lui une carrière très riche, menée des deux côtés de l'Atlantique. Il a notamment supervisé, dans les années 2000, la fusion des activités médias d'Universal et de Vivendi.

La tâche qui l’attend chez Best Buy est loin d’être aisée. Le groupe fait face à de multiples difficultés. Son chiffre d'affaires stagne et ses pertes s'accumulent depuis plusieurs trimestres.

Best Buy est, aujourd’hui, de plus en plus concurrencé par les géants de l'Internet comme Amazon. Il a du mal à s'adapter à la nouvelle façon de consommer des Américains. La taille excessive de ses magasins n’apparaît plus adaptée aux exigences des consommateurs.

Un groupe plombé par les problèmes de gouvernance

Le groupe a lancé récemment un grand plan de réduction des coûts de 800 millions de dollars. Mais la stratégie n'est pas claire et l’entreprise est également plombée par des problèmes de gouvernance.

Le fondateur de Best Buy, Richard Schulze, vient de faire une offre pour racheter l'intégralité du groupe. Mais les discussions qu’il a engagées avec la direction du distributeur américain ont été rompues dans la nuit de dimanche à lundi.

D’autre part, en avril, Best Buy s’est séparé de son ancien patron. Brian Dunn a été contraint de quitter l'entreprise, après la révélation d'une relation "inappropriée" avec une salariée de 29 ans.

Emmanuel Duteil et BFMbusiness.com