BFM Business

Travail du dimanche: l'ameublement, première victime du rapport Bailly?

Ikea est directement visé par le rapport Bailly sur le travail dominical.

Ikea est directement visé par le rapport Bailly sur le travail dominical. - -

Première conséquence de la remise du rapport Bailly sur le travail dominical, ce lundi 2 novembre: le secteur de l'ameublement devrait perdre sa dérogation permanente.

Une dérogation pour les biens d'équipement de la maison…et pourquoi pas une autre pour l'électroménager, ou encore pour les biens culturels ?

Créer des dérogations par secteur est impossible, compte tenu de la porosité des activités. Cela ne peut qu'engendrer des problèmes de distorsion de concurrence, selon Jean-Paul Bailly, l'auteur du rapport. La preuve: c'est l'introduction de l'ameublement dans la liste des dérogataires qui a été l'un des faits déclencheurs des conflits actuels. L'ameublement doit donc revenir dans le cadre de la loi.

Rien ne bouge pour Ikea et consorts

Le rapport propose une date butoir: le 1er juillet 2015. Conforama, Ikea, But et les autres prennent note, et disent via leur fédération vouloir participer aux travaux préparatoires de la prochaine loi.

Dans la réalité, pour eux, cela ne change pas grand-chose. Aujourd'hui déjà, ces enseignes sont fermées le dimanche dans 59 départements. Et en Ile de France, elles sont toutes situées dans des PUCE, qui autorisent l'ouverture dominicale.

Hélène Cornet