BFM Business

Start-up cherche dames de compagnie pour détendre ses développeurs

VIDÉO - Pour adoucir le quotidien de ses développeurs, certaines start-up chinoises ont inventé un nouveau métier réservé aux femmes. Leur mission? Détendre les mâles harassés par leur travail en leur offrant des massages ou en leur faisant la conversation.

Dans de nombreux pays, les start-up se soucient de la qualité de vie au travail. Mais les attentions sont souvent réservées à une catégorie de salariés difficiles à fidéliser: les développeurs. Et en Chine, ce ne sont pas les vacances illimitées qui séduisent ces talents recherchés. Pour alléger leurs longues journées passées derrière leur écran, et maintenir leur productivité, les employeurs recrutent des "femmes de compagnie". Leur mission: être au petit soin de ces mâles débordés, stressés et souvent un brin asocial.

Yue Shen, 25 ans, a été recrutée en octobre par la société Chainfin.com, spécialisée dans le crédit à la consommation. Elle explique au New York Times, que ces informaticiens "ont vraiment besoin de quelqu'un pour leur parler de temps en temps et leur organiser des activités afin d'alléger la pression".

Son employeur ne l'a pas recruté pour son diplôme en génie civile obtenu dans une université de Pékin. La responsable des ressources humaines avoue l'avoir choisie pour son physique attrayant, sa douce voix, son rire communicatif. Des qualités indispensables aux dires de son employeur, son travail consistant aussi à s'occuper de la réception. Yue Shen doit aussi organiser des événements destinés à fédérer les équipes, comme la célébration des anniversaires, s'occuper de commander des collations pour les pauses-café et naturellement être aux petits soins avec les développeurs.

Elle s'enquiert ainsi de savoir s'ils ne sont pas trop fatigués par leurs journées de plus de dix heures. En plus de leur prêter une oreille attentive, elle met aussi la main à la pâte en leur massant les épaules, histoire de dénouer leurs tensions musculaires. Elle organise aussi des jeux pour qu'ils quittent leur chaise et aient un peu d'activité physique.

Des annonces ciblant des femmes au physique attrayant

Tout le monde serait content de sa présence, y compris la seule femme occupant un poste de programmateur dans l'entreprise, qui bénéficie aussi de ses massages. Personne ne verrait une quelconque trace de sexisme dans l'intitulé de son poste ou les critères de recrutement.

Il n'existe aucune statistique sur le nombre de dames de compagnie pour développeurs stressés en Chine. Selon un site de recherche d'emploi dirigé par Baidu, sept entreprises ont actuellement des offres d'emploi pour ce genre de job. Il s'agit principalement de petites structures, qui cherchent ainsi à attirer les talents.

Plus généralement, les références sexistes sont courantes dans les offres d'emploi en Chine. Des géants comme Baidu, Alibaba ou encore Tencent ont publié à plusieurs reprises des annonces de recrutement vantant les belles filles travaillant pour les entreprises, selon Human Rights Watch, un organisme de surveillance des droits basé à New York. Les entreprises n'hésitent pas à afficher leurs exigences en terme physique, à l'image d'Alibaba qui pour un poste de directeur commercial ciblait une femme de 28 à 35 ans, avec une belle apparence.

De son côté, Baidu cherchait un homme pour un poste marketing car il nécessitait de nombreux déplacements. Les consciences semblent commencer à s'éveiller car ces entreprises ont dû retirer ces références au genre dans leurs annonces.