BFM Business

Star Wars: votre boss est-il plutôt Dark Vador, Yoda ou C-3PO?

-

- - Montage BFM Business

Selon une étude de Monster, 31% des Français estiment que leur chef ressemble plutôt au robot C-3PO mais un quart voit plutôt du Dark Vador dans son supérieur. Concrètement, à quoi cela correspond?

Faut-il aller puiser des leçons de management dans Star Wars? A priori on aurait tendance à répondre non à cette question. D'un côté nous avons un Empire autoritaire et pyramidal avec des décisions prises en haut lieu sans concertation avec la base. Et des sanctions immédiates et définitives (la mort la plupart du temps) si les résultats ne sont pas atteints. Ça ne donne pas vraiment envie de postuler. De l'autre, une rébellion désorganisée où chacun essaie tant bien que mal dans son coin de gérer les problèmes au coup par coup et en privilégiant le plus souvent la fuite. 

Mais au sein de ces deux grandes organisations, des personnalités se dégagent. Dark Vador, l'ambitieux sans scrupule, Yoda, le sage (ce qui ne l'empêche pas de se tromper parfois cela dit), C-3PO le robot peureux qui exécute les ordres sans broncher ou encore Han Solo le bien nommé solitaire mais charismatique. Le site Monster.fr a voulu savoir quelle était, pour les personnes interrogées, la personnalité dans Star Wars qui leur faisait le plus penser à leur chef. 

Des chefs dévoués à la direction

"Star Wars est une histoire de pouvoir, d’équipes et de loyauté qui dépeint beaucoup de leaders aux approches très différentes, explique Karl Rigal, le responsable éditorial du site Monster.fr. Par le biais de ces personnages qui sont présentés comme autant de stéréotypes de façons de diriger une équipe, l’étude met au jour des tendances assez claires."

Le personnage le plus souvent cité est donc C-3PO (31%). Il est dévoué à la direction et exécute les ordres de façon systématique. Voilà qui ne dénote pas d'une grande estime des salariés pour leur boss. D'autant que le deuxième nom le plus cité est, avec 26%, celui de Dark Vador décrit ainsi par Monster.fr: "Ambitieux, il exige une fidélité absolue de ses équipes et est prêt à tout pour atteindre ses objectifs." 

Pour avoir une personnalité plus positive il faut aller jusqu'à la troisième place avec Yoda (23%). Moins d'un quart des Français jugent que leur supérieur fait preuve de sagesse et de discernement et comprend bien les enjeux.

-
- © -

Dans le détail, l'étude révèle des distorsions notamment selon l'âge des personnes interrogées. Ainsi, ce sont les plus jeunes qui ont une moins bonne image de leur chef. Chez les 18-29 ans, c'est Dark Vador qui arrive en tête avec 31%. Alors que chez les plus de 50 ans, Yoda est davantage plébiscité avec 27%. Les jeunes ont plus de difficulté à gérer l'autorité ("mon chef c'est Dark Vador!") alors que les plus âgés exercent sans doute déjà des fonctions managériales et ont peut-être plus conscience des enjeux.

Plus de Han Solo en Ile-de-France

Des différences marquées aussi en fonction de la taille de l'entreprise. Ainsi, plus cette dernière est grande, plus les salariés ont tendance à voir en leur chef un C-3PO dévoué le doigt sur la couture du pantalon. En revanche dans les petites structures, les salariés ont davantage l'impression d'être dirigés par un Dark Vador ambitieux ou un Yoda plein de sagesse. 

Dernière distinction notable, celle qui est géographique. C'est ainsi en Ile-de-France qu'Han Solo fait ses meilleurs scores (21%). La forte densité de start-up dans la région explique peut-être cette sur-représentation de boss "charmeurs et charismatiques sachant jouer avec les règles."

La méthodologie

Étude réalisée auprès de 1.012 salariés français. L'échantillon est représentatif du salariat français sur les critères de sexe, d'âge, de catégorie socioprofessionnelle, de taille d'entreprise, de secteur d'activité de l'entreprise, de statut de l’employeur (public/privé) et de région de résidence. Les salariés ont été interrogés en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview). Le terrain a été réalisé du 15 au 17 septembre 2015. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.

Frédéric Bianchi