BFM Business

SNCM: Ayrault promet un apport supplémentaire de 30 millions d'euros

La SNCM va bénéficier de 30 millions d'euros venus de l'Etat.

La SNCM va bénéficier de 30 millions d'euros venus de l'Etat. - -

Le Premier ministre a indiqué, mardi 31 décembre, que l'Etat allait renflouer la société maritime à hauteur de 30 millions d'euros. Mais les syndicats ont décidé de maintenir leur grève, qui débute le 1er janvier.

Alors que la SNCM a annoncé une grève reconductible à partir du 1er janvier, l'exécutif va mettre la main au portefeuille. Jean-Marc Ayrault a en effet indiqué, ce mardi 31 décembre, que l'Etat allait faire un geste de 30 millions d'euros en faveur de la société maritime, en grandes difficultés financières. Le tout via un courrier adressé au député PS Patrick Mennucci, candidat à la mairie de Marseille.

Le Premier ministre y souligne que ces 30 millions d'euros supplémentaires doivent permettre "surtout de mettre en place les premières mesures de retour à l'équilibre prévues dans le plan d'affaires" de la compagnie maritime.

"Nous avons pu éviter le pire"

Soulignant que "certains annonçaient la mise en liquidation de la SNCM avant la fin de l'année", le chef du gouvernement se félicite que les efforts du gouvernement aient "payé". "Nous avons pu éviter le pire", écrit-il, en insistant sur "l'engagement indéniable et effectif" de l'Etat, actionnaire de la compagnie.

Il assure que le gouvernement "est déterminé à mettre en oeuvre une solution de continuité de l'entreprise, crédible et pragmatique, et à lui donner les chances de se redresser dans les mois qui viennent et de faire face aux contentieux communautaires".

Pour le Premier ministre, cette solution passe, outre le déblocage de 30 millions d'euros, par "la mise en place dans des délais désormais rapides des mesures de redressement prévues par le plan et le pacte social". "Ces mesures, qui devront être adaptées en tenant compte des évènements intervenus ces derniers mois sont l'un des éléments clés du succès de cette stratégie", explique-t-il.

Mais les syndicats CFE-CGC et CGT marins (majoritaire) ont malgré tout décidé de maintenir la grève débutant mercredi. Ils s'estiment en effet déçus par la promesse du Premier ministre.

Y. D .avec AFP