BFM Business

Sapin à Bruxelles pour limiter les abus des "plombiers polonais"

Michel Sapin, le ministre du Travail, va tenter d'obtenir le soutien de ses collègues européens sur les salariés détachés

Michel Sapin, le ministre du Travail, va tenter d'obtenir le soutien de ses collègues européens sur les salariés détachés - -

Le ministre du Travail va tenter de convaincre ses collègues européens, lundi 9 décembre à Bruxelles, de la nécessité de revoir la directive de 2006 permettant aux Européens de travailler dans l'union aux conditions de leur pays d'origine.

Michel Sapin risque d'être un peu seul, lundi 9 décembre, lors du Conseil des ministres du Travail européen qui se tient à Bruxelles.

Face aux Britanniques et aus Pays de l'ex-Europe de l'Est qui ne veulent entendre parler de rien, le ministre français va tenter de convaincre de la nécéssité de réformer la directive de 2006 permettant aux Européens de se se faire embaucher dans un autre pays de l'UE mais aux conditions de leur pays d'origine. Ce que l'on a nommé un temps le symdrôme du "plombier polonais" en référence au nombre important de salariés venant de Pologne.

A six mois des élections européennes, le sujet est politiquement sensible. Le 21 novembre, à l'issu due du sommet franco-italien à Rome, François Hollande, lui-même, s'était inquiété de ce phénomène. Lors du prochain sommet européen, les 19 et 20 décembre, il devrait d'ailleurs évoquer la réforme de la directive avec les autres chefs d'Etat et de gouvernement.

Les abus atteindraient 60.000 en 2013

Vendredi 6 décembre, les services de Michel Sapin, ont publié des données concernant le détachement. 170.000 Européens auraient ainsi été salariés en France en 2012, et 220.000 en 2013, estime le ministère pour qui "les situations non déclarées sont certainement bien plus nombreuses".

Le BTP est le secteur qui en emploie le plus, avec 64.000 travailleurs détachés, soit plus du tiers du total, toujours selon la Direction générale du Travail.

Par ailleurs, de 38.000 européens travaillant abusivement en France en 2005, on serait passé à 60.000 en 2012, selon le ministère du Travail.

Plan de lutte

Le 27 novembre, Michel Sapin a d'ailleurs présenté en Conseil des ministres le "plan de lutte" du gouvernement pour tenter de mettre un terme aux abus dans l'attente de la révision de la directive européenne.

En pratique, le ministre du Travail a annoncé que des "opérations de contrôle" de l'Inspection du travail seraient menés prochainement. Le gouvernement planche également sur un renforcement de la responsabilité des entreprises donneuses d'ordre qui devront mieux contrôler les contrats de travail signés par leurs sous-traitants. Reste maintenant à réglementer le détachement au niveau de l'Union. Une autre paire de manches.

PC