BFM Business

Quel rôle joue Bolloré dans l'avenir de Vivendi?

La cession de pépites par Vivendi pourrait arranger Vincent Bolloré.

La cession de pépites par Vivendi pourrait arranger Vincent Bolloré. - -

Pour rebooster son cours en bourse, jugé inacceptable par le P.-dg Jean-René Fourtou, Vivendi serait prêt à se séparer de ses plus belles pépites. Ce qui pourrait arranger Vincent Bolloré.

Depuis le départ de Jean-Bernard Lévy, les rumeurs se multiplient. Dernière en date: la cession possible de l'opérateur GVT, l'une des pépites du groupe. On a aussi beaucoup parlé d'une vente d'Activision. Or, au sein de la galaxie Vivendi, ce sont les deux étoiles qui brillent le plus. Activision est le numéro un mondial du jeu vidéo, et GVT est considéré le "Free brésilien", avec ses taux de croissance moyens de 34 % par an depuis 2006.

Le pactole de Vincent Bolloré

"C'est ce qu'il y a de plus simple à vendre. SFR, personne n'en veut", ironise un expert. Mais penser à céder les deux locomotives du groupe, est-ce bien raisonnable? Officiellement, rien n'est arrêté, toutes les pistes sont ouvertes. Dans ce Vivendi en crise d'identité, un homme va peser de tout son poids: Vincent Bolloré.

Il a cédé Direct 8 et Direct Star contre une participation d'1,8% au capital de Vivendi. Et il vient de récupérer 900 millions d'euros après la vente de sa participation du groupe publicitaire Aegis. Un pactole qui pourrait lui servir à devenir l'actionnaire de référence de Vivendi, au moment même où un démantèlement du groupe ne peut être écarté.

Un gérant l'imagine déjà rachetant au rabais les chaînes qu'il a cédées à Vivendi. Avant de conclure: "Il a toujours deux ou trois coups d'avance sur tout le monde."

Anthony Morel