BFM Business

Que pensez-vous des suppressions de postes ?

Jean-Louis Bianco a "du mal à comprendre qu’on puisse nous soutenir que moins il y a de professeurs, mieux on se porte"

Jean-Louis Bianco a "du mal à comprendre qu’on puisse nous soutenir que moins il y a de professeurs, mieux on se porte" - -

Les suppressions de postes dans l'éducation nationale nuisent-elle à la qualité de l'enseignement ? Nos politiques débattent. Donnez votre avis dans ce forum !

Nombreuses réactions hier mardi, après la publication de documents internes du Ministère de l'Education nationale. Dans ces documents, le ministère évoque les suppressions de postes et suggère d'augmenter le nombre d'élèves par classe. D'ici la mi-juin, les recteurs doivent donc examiner dans leur académie comment gagner des postes. Objectif : faire face au non-remplacement d'un prof sur deux, inscrit au budget 2011.
Les syndicats et l'opposition accusent le gouvernement d'abandonner toute ambition éducative. Parents, enseignants... dites-nous ce que vous pensez de ce débat, dans le forum ci-dessous !

« Non à des classes à 30 ou 40 élèves »

La suppression des postes dans l'éducation nationale nuit-elle à la qualité de l'enseignement ? « Oui, évidemment, répond Jean-Louis Bianco, député PS des Alpes de Hautes Provence. Parce que ce qui est souhaitable, chaque fois qu’on le peut, c’est que le professeur puisse avoir une méthode, une pédagogie qui tient compte des différences de niveaux. Il ne peut pas faire tout à fait le même cours pour tous. S’il a des classes à 30 ou 40 élèves, ce sera extrêmement difficile. »

« Parce qu’il en va de l’avenir de la France »

Reconnaissant toutefois « qu’il n’y a pas beaucoup d’argent dans les caisses de l’Etat et qu’il faut gérer au plus près », Jean-Louis Bianco insiste : « S’il y a un endroit dans lequel il ne faut pas faire d’économies, c’est l’éducation nationale. Parce qu’il en va de l’avenir de nos enfants, de leurs chances, et il en va aussi de l’avenir de la France. J’ai du mal à comprendre qu’on puisse nous soutenir que moins il y a de professeurs, mieux on se porte. »

« Une vraie volonté de faire du cas par cas »

Moins de postes dans l'éducation nationale, entrainerait donc une baisse de la qualité de l'enseignement. Mais pour Patrice Verchère, député UMP du Rhône, « ce n’est pas forcément le cas. Et la volonté n’est pas de supprimer sans discernement des postes, au couperet au niveau national. Il y a par exemple plus d’un millier d’établissements, collèges, où il y a moins de 15 élèves par classe, et d’autres où ils sont plutôt surchargés. Donc, il y a une vraie volonté de faire du cas par cas, et ainsi diminuer l’effectif de l’Education nationale, sans pour autant surcharger automatiquement les classes. »

La Rédaction, avec Céline Pitelet