BFM Business

Qu'est-ce qui exaspère les recruteurs?

"Le plus difficile pour une entreprise est de trouver les profils qui correspondent parfaitement au poste, selon une étude de RégionsJob. Or les recruteurs doivent parfois faire face à des candidatures qui n'ont rien à voir avec le descriptif qu'ils ont rédigé avec soin. "

Si les chercheurs d'emploi trouvent que les entreprises veulent un mouton à cinq pattes ou bien proposent un salaire dérisoire au vu de l'expérience recherchée, les recruteurs ont tout autant à reprocher aux candidatures qu'ils reçoivent.

Pour trouver la perle rare, 73% estiment qu'il est primordial de rédiger avec soin le descriptif du poste et de la mission, selon une étude réalisée par RegionsJob. Mais les efforts qu'ils portent à cet élément ne semblent pas sauter aux yeux des chercheurs d'emploi. Car 63% des recruteurs trouvent que le plus frustrant dans leur métier, c'est de recevoir trop de candidatures non ciblées. Voilà qui explique que 78,9% des sondés considèrent que le plus difficile dans leur job est de trouver des profils en adéquation avec le poste.

Quand vient le temps d'éplucher les candidatures reçues, ce sont aussi les profils qui n'ont rien à voir avec le job à pourvoir qui reviennent en tête des doléances. 60% des sondés jugent cela rédhibitoire. Les fautes d'orthographe dans les CV et les lettres de candidature sont pour 37% des recruteurs un motif pour écarter le candidat, tout comme un CV trop long ou illisible (34,4%) ou enfin avec des trous ou pas assez précis (15%).

Des candidats plus intéressés par les avantages que par le job

Heureusement, parmi la pile de candidatures, certaines semblent suffisamment solides pour être vues en entretien. Mais là aussi, les recruteurs ont parfois de mauvaises surprises. Comme les personnes qui s'intéressent plus aux congés, à la rémunération et autres avantages qu'au poste lui-même. Une attitude qui exaspère au plus haut point 33,3% des chasseurs de tête. Tout comme ceux qui viennent en entretien les mains dans les poches, sans avoir rien préparé (26,1%). Ou encore ceux qui arrivent en retard (22,2%). 

Ce qui compte le plus aux yeux du recruteur? Un savant équilibre entre la formation, l'expérience, la motivation et la personnalité du candidat, pour 40,6% des sondés. Mais pour 31,1% d'entre eux, le facteur primordial est la personnalité. Un bon feeling avec une personne est en effet le gage d'une bonne intégration dans l'entreprise.

Enfin, quand il s'agit d'aborder la question du salaire, 44% des employeurs trouvent que le bon moment pour poser la question c'est lors de l'entretien. Mais ils sont tout de même 28% à estimer que le premier entretien téléphonique est aussi le moment opportun. Attention à ne pas se montrer trop gourmand: 45,6% des recruteurs écartent une candidature car ils ont des marges de négociation étroites. Mais ils sont 35% à reconnaître que, si un profil les intéresse vraiment, ils pourront lui proposer plus que prévu. Difficile pour le candidat de savoir dans quel camp il se range!

C.C.