BFM Business

Pôle emploi ne voit pas le chômage diminuer avant 2011

BFM Business

PARIS (Reuters) - La hausse du chômage s'atténuera nettement cette année mais il faudra attendre 2011 pour voir la courbe s'inverser, selon des prévisions de Pôle emploi.

Le nombre de demandeurs d'emploi en recherche active (catégories A, B, C) a augmenté de 77.000 entre décembre 2009 et avril 2010, soit une hausse de 2,0% qui marque une franche décélération après des bonds de 6,2% au second semestre et de 11,3% au premier semestre 2009.

Pôle emploi voit ce nombre augmenter de 151.000 sur l'ensemble de 2010 avant une baisse de 65.000 en 2011, des prévisions révisées favorablement par rapport aux précédentes projections de mars (+135.000 et -57.000).

Les destructions nettes d'emplois salariés devraient parallèlement se réduire à 63.000 en 2010 avant une reprise modérée en 2011 (+83.000 emplois salariés). En mars, ces projections étaient de respectivement -57.000 et +74.000.

L'Insee a annoncé jeudi des créations d'emplois nettes dans le secteur marchand au premier trimestre 2010, au nombre de 23.900, pour la première fois depuis le début 2008. Mais hors intérim l'emploi est resté orienté à la baisse.

"Après un début d'année décevant, l'activité dans les service s'améliore nettement au deuxième trimestre 2010 et l'indicateur de confiance des industriels est remonté à son plus haut niveau depuis juillet 2007", observe Pôle emploi dans ses perspectives économiques diffusées en même temps que les statistiques de l'emploi.

Le service public de l'emploi prévoit une croissance économique de 1,4% cette année puis de 1,5% l'an prochain (au lieu de 1,6% et 1,4% en mars).

"Le contexte économique actuel et la fragilité des fondamentaux ne permettent pas d'envisager un rebond significatif de l'activité dans les prochains mois", explique-t-il en citant la faiblesse de la demande intérieure et de l'investissement des entreprises.

"Face à des carnets de commandes qui tardent à se regarnir et devant un horizon incertain, le mouvement de restockage devrait être d'ampleur limitée en 2010. En revanche, pour les industriels tournés vers le grand export, la baisse de l'euro devrait constituer un coup de pouce à court terme".

Véronique Tison, édité par Sophie Louet