BFM Business

Plus forte hausse du nombre de chômeurs depuis deux ans et demi

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 1,1% en février.

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 1,1% en février. - Philippe Huguen - AFP

"Sur le deuxième mois de l'année, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi a progressé de 38.400, sa plus forte hausse depuis septembre 2013, effaçant largement le recul de janvier. Sur un an, la France compte 90.000 chômeurs de plus."

L'accalmie aura été de courte durée. Le nombre d'inscrits à Pôle Emploi est fortement reparti à la hausse en février, après avoir diminué le mois précédent. Au total, le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de 38.400, soit 1,1%.

Il s'agit tout simplement de la plus forte hausse depuis deux ans et demi. Il faut, en en effet, remonter à septembre 2013 pour trouver une augmentation plus conséquente (+ 53.200 personnes). Cette forte hausse efface largement la totalité de la baisse de janvier dernier qui était de 27.900 inscrits. 

Près de 90.000 personnes en plus sur un an

Si l'on regarde la tendance sur trois mois, rien ne permet d'être optimiste. Pôle Emploi compte ainsi 21.400 chômeurs de plus qu'avant l'hiver. Et sur un an, ils sont 88.900 de plus. On dénombrait ainsi 3,591 millions de demandeurs d'emploi en février 2016,nouveau record, contre 3,502 millions sur le même mois de 2015.

Dans son communiqué, le ministère du Travail relativise, en indiquant que la forte hausse en catégorie A est due à un effet de bascule: les demandeurs d'emploi dans les catégories B, et C (c'est-à-dire les inscrits travaillant néanmoins entre 1 et plus de 151 heures par mois) ont perdu leur poste à temps partiel, et sont ainsi passés de la catégorie B ou C à la catégorie A.

Inversion de la courbe au cours de l'année

Il est vrai que le nombre d'inscrits en catégorie B et C a reculé, respectivement de 0,4% (3.000 personnes) et de 2,7% (-32.300). Néanmoins, le nombre total de chômeurs augmente légèrement de 0,1% sur les trois catégories principales en février (+0,1%, 3.100 personnes en plus).

"Ce résultat s’inscrit dans le mouvement de hausses et de baisses observé depuis neuf mois, traduisant une reprise timide de l’activité économique", relativise la ministre du Travail Myriam El Khomri, dans un communiqué.

Une meilleure tendance serait-elle en vue? Dans sa note de conjoncture publiée la semaine dernière, l'Insee tablait sur un recul du taux de chômage d'ici à juin prochain. Il reculerait de 0,1% en France métropolitaine, à 9,9%. De là à y voir l'inversion de la courbe à laquelle François Hollande a conditionné sa candidature à sa propre succession, il y a un pas à franchir. Et il n'est pas petit.

J.M.