BFM Business

Nouvelle journée d'action syndicale pour les retraites le 07/09

Les principaux syndicats français ont confirmé leur intention d'organiser une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 7 septembre contre la réforme des retraites, pendant le débat parlementaire. /Photo prise le 24 février 2010/REUTERS/Gonzalo F

Les principaux syndicats français ont confirmé leur intention d'organiser une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 7 septembre contre la réforme des retraites, pendant le débat parlementaire. /Photo prise le 24 février 2010/REUTERS/Gonzalo F - -

PARIS (Reuters) - Les principaux syndicats français ont confirmé leur intention d'organiser une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 7...

PARIS (Reuters) - Les principaux syndicats français ont confirmé leur intention d'organiser une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 7 septembre contre la réforme des retraites, pendant le débat parlementaire.

Fait nouveau, Force ouvrière a rejoint l'intersyndicale (CGT, CFDT, CFTC, UNSA, FSU et Solidaires) qui s'est réunie mardi. Seule la CFE-CGC n'est toujours pas mobilisée contre le projet du gouvernement.

Les sept organisations syndicales ont également décidé de maintenir la pression durant l'été contre un texte qu'elles jugent "injuste" et "inacceptable".

Elles "vont poursuivre leur action tout au long du processus législatif de la réforme des retraites", peut-on lire dans un communiqué commun.

Elles décident "d'une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le 7 septembre 2010, au moment où s'ouvrira le débat parlementaire".

La CGT avait déjà appelé à un rassemblement devant le ministère du Travail à Paris, le 13 juillet, date à laquelle le projet du gouvernement doit être examiné en Conseil des ministres. Cette initiative sera suivie au niveau national et local par les autres syndicats.

Après un début de mobilisation assez timide, les syndicats ont réussi à faire descendre 800.000 à deux millions de personnes, selon les sources, dans la rue le 24 juin dernier.

Le gouvernement a néanmoins réaffirmé qu'il ne céderait pas sur le coeur de la réforme, notamment le recul de 60 à 62 ans de l'âge légal du départ à la retraite.

Il propose en revanche des ajustements sur la pénibilité, les polypensionnés et les carrières longues, sujets qualifiés de "miettes" par le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly.

"L'âge légal (repoussé à 62 ans), on n'y touchera pas", a répété dimanche le ministre du Travail Eric Woerth lors du "Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro.

Gérard Bon, édité par Pierre Sérisier