BFM Business

Neo Sécurité en cessation de paiement : 5000 emplois menacés

BFM Business

Le numéro deux français de la sécurité, Neo Sécurité, s'est déclaré hier en cessation de paiement. 5000 emplois sont menacés. Nicolas Sarkozy s'est dit prêt ce matin, à rencontrer les dirigeants.

Nicolas Sarkozy a réagi rapidement et a affirmé qu’il serait prêt à recevoir dès jeudi Jean-Michel Houry. Une main tendue qui rassure le PDG qui s’est dit "très satisfait" mais "il faut que cela débouche sur du concret" a-t-il ajouté. Confiant tout de même, il a poursuivi en disant qu’ "à partir du moment où le chef de l’Etat a mis ses mains sur le dossier, nous serons dans le concret… c’est quelqu’un qui a l’habitude de gérer dans le concret".

Aussi, le PDG est aujourd’hui dans une situation symbolique. Si Neo Sécurité coule, il s’agira de la plus grosse faillite du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Pour l’heure, Jean-Michel Houry espère ne pas vivre cette faillite et demande à l’Etat un prêt-relais de 15 millions d’euros.

Il a d’ailleurs affirmé qu’il était "dans l’intérêt économique de l’Etat" d’aider l’entreprise. En effet, selon lui, les divers frais comme les versements dès le mois de mai des salaires d’avril, dont les charges sociales ou les frais de licenciement atteindraient près de 100 millions d’euros. Et de conclure "il est préférable de prêter 15 millions d’euros que de brûler 100 millions".