BFM Eco

Nancy: un chômeur se poste au bord de la route pour trouver du travail

Gilles Latraye, chômeur dont l'histoire a été révélé par L'Est Républicain, cherche du travail à Vandœuvre, sur cette route très passante.

Gilles Latraye, chômeur dont l'histoire a été révélé par L'Est Républicain, cherche du travail à Vandœuvre, sur cette route très passante. - Capture Google Streetview

Excédé d'être au chômage depuis plus de deux ans, un quinquagénaire a décidé de s'installer tous les jours à la sortie de Nancy jusqu'à réussir à décrocher un emploi.

"Je veux travailler. 06.59.07.83.51". Le message, écrit en lettres noires, se détache sur la pancarte blanche que tient chaque matin Gilles Latraye. Depuis lundi dernier, ce chômeur âgé de 57 ans se poste immobile, entre 6h30 et 8h30, au bord de la route à la sortie de Nancy, muni de son panneau.

Dans les colonnes de L'Est Républicain, le quinquagénaire, qui habite dans un appartement HLM près de Nancy avec son épouse, femme de ménage, et son fils, intérimaire, admet qu'il ne pensait pas devoir un jour "mendier du travail". Las, il a décidé d'employer cette méthode pour tenter de s'en sortir, espérant enfin décrocher un emploi.

"Je réponds à toutes les offres d’emploi et de formation, mais nous sommes tellement nombreux à postuler que ça ne marche jamais. Je n'arrive pas à me démarquer", explique-t-il au quotidien. "Je me suis donc dit qu'au bord de la route, au moins, je n'aurais pas de concurrence."

Submergé d'appels

Gilles Latraye débute très jeune sa vie professionnelle, enchaînant les petits boulots, avant de s'engager durant cinq ans dans la Légion étrangère. A son retour dans la vie civile, l'ex-soldat occupe un emploi industriel, mais subit un licenciement économique en 1998.

Travailleur précaire durant plusieurs années, il finit par signer un contrat dans une miroiterie en 2007, "un travail difficile", admet-il. Et quatre ans plus tard, un accident le fait basculer. Son bras cède face à une charge trop lourde à porter, et son ligament se rompt. En 2013, son employeur le licencie pour "inaptitude au travail". Gilles Latraye, en procédure depuis contre lui, n'a jamais réussi à retrouver un emploi. 

Submergé d'appels depuis la médiatisation de son histoire, Gilles Latraye n'était pas joignable dans l'immédiat. D'après L'Est Républicain, il a notamment été contacté mercredi par les services municipaux de sa commune, Vandoeuvre-lès-Nancy, dans la perspective d'un éventuel emploi.

A. G.