BFM Business

Myriam El Khomri prudente sur la baisse exceptionnelle du chômage

Myriam El Khomri a jugé que cette baisse du chômage devait "s'inscrire dans la durée"

Myriam El Khomri a jugé que cette baisse du chômage devait "s'inscrire dans la durée" - BFMTV

"Interrogée par BFMTV, la ministre du Travail est évidemment revenu sur la baisse exceptionnelle du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A en mars. Si elle s'en félicite, elle juge toutefois que cette chute doit désormais "s'inscrire sur la durée"."

"C'est une bonne nouvelle". Voilà la première réaction très sobre de Myriam El Khomri. La ministre du Travail a en effet commenté la baisse de 60.000 demandeurs d'emploi en catégorie A annoncée par Pôle Emploi ce mardi 26 avril.

"C'est une bonne nouvelle surtout pour les demandeurs d'emploi qui ont retrouvé un poste ainsi que pour leur famille" a-t-elle ajouté sur BFMTV.

"C'est une baisse qui est crédible. 60.000 demandeurs d'emploi! Nous n'avions pas connu une baisse de cette nature depuis 2000 précisément", a poursuivi la ministre. Myriam El Khomri s'est plus particulièrement félicitée de voir que cette bonne tendance "concerne toutes les catégories de demandeurs d'emploi: les seniors, les jeunes mais aussi les 25-49 ans".

La réponse à Gattaz

Elle s'est toutefois refusé à livrer le moindre pronostic pour la suite. "Mon rôle n'est pas d'être optimiste ou de pronostiquer les choses, mon rôle est d'agir au quotidien", a-t-elle fait valoir. Agir "pour que cette baisse d'aujourd'hui soit inscrite dans la durée", a complété Myriam El Khomri. Pour autant, à ses yeux, "des faits objectifs" comme "la croissance, les marges des entreprises qui se reconstituent" ou encore "les créations nettes d'emploi en 2015" montrent que l'espoir est permis.

Par ailleurs, ces bons chiffres sur le chômage ne changent pas son état d'esprit "qui est toujours le même" concernant le projet de loi Travail, actuellement en cours d'examen à l'Assemblée nationale. Myriam El Khomri a au passage indirectement répondu à Pierre Gattaz, le président du Medef, qui a dressé un ultimatum sur ce texte au gouvernement, en menaçant, si ses vœux sur ce texte ne sont pas exaucés, de demander la suspension des négociations sur la nouvelle convention d'assurance-chômage.

"Dans le débat autour de ce projet de loi, il y a beaucoup de postures et l'intérêt général me semble parfois plutôt loin. De mettre en otage la convention chômage est à mes yeux irresponsable", a-t-elle affirmé.

J.M.