BFM Business

Mailly renonce à son mandat au Conseil économique et social européen

Jean-Claude Mailly a quitté la tête de FO en avril.

Jean-Claude Mailly a quitté la tête de FO en avril. - Ludovic Marin - AFP

L'ex-numéro un de Force Ouvrière ne siègera finalement pas au sein de l'instance, après un début de polémique.

Jean-Claude Mailly, qui a quitté la tête de Force ouvrière en avril, renonce à siéger au Conseil économique et social européen, où il devait prendre en août un mandat FO, a-t-il annoncé mercredi dans un tweet.

"Pour être fidèle à mes conceptions en matière de liberté, de responsabilité et continuer à défendre librement mes idées, j'ai décidé de ne pas siéger pour FO au comité économique et social européen", a-t-il tweeté.

"Colère" de certains militants

Sa nomination dans cette instance avait fait grincer des dents chez FO, encore plus après que Jean-Claude Mailly eut rejoint la société de conseil de Raymond Soubie, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.

Son successeur, Pascal Pavageau, avait récemment rapporté "une colère" des militants lorsque ceux-ci avaient appris qu'il allait rejoindre cette entreprise de conseil.

"Il y a une vraie colère, une vraie grogne interne à FO, des militants qui me disent: 'puisque Jean-Claude Mailly s'était auto-désigné au Cese européen (en tant que FO, ndlr) il y a une incompatibilité entre un tel choix professionnel (...) et le fait de garder un mandat à Force Ouvrière'", avait-il expliqué sur Public Sénat.

Pascal Pavageau s'était abstenu ensuite de commentaires, évoquant simplement des "choix à faire" pour son prédécesseur.

Y.D. avec AFP