BFM Business

Les patrons appelés à se présenter aux municipales

Après la diffusion de la vidéo choc de l'UPA sur les commerces de proximités "sacrifiés" par la politique fiscale (photo), la CGPME pousse les patrons à se présenter aux élections municipales.

Après la diffusion de la vidéo choc de l'UPA sur les commerces de proximités "sacrifiés" par la politique fiscale (photo), la CGPME pousse les patrons à se présenter aux élections municipales. - -

La GGPME, la confédération qui représente les dirigeants de petites et moyennes entreprises les incite à se présenter aux élections municipales, pour participer aux conseils municipaux "là où se décide l'impôt".

L'Initiative vient de la CGPME. L'organisation patronale qui représente les petites et moyennes entreprises a lancé ce jeudi 21 novembre un appel pour encourager les chefs d'entreprises à se présenter lors des prochaines élections municipales.

Un moyen de faire entendre leur mécontentement et surtout d'agir concrètement sur les arbitrages politiques. "La CGPME encourage les manifestations, explique Jean-Eudes du Mesnil, le secrétaire général de la confédération, mais elle dit aussi qu'il y a un temps pour la mobilisation dans la rue et un temps pour l'action".

S'inscrire sur les listes, quelles que soient

La représentante des patrons de PME leur recommande donc de "s'engager pour les municipales, quelles que soient les listes, pour être présents dans les conseils municipaux, là où se décide l'impôt".

Cet appel intervient au milieu de la campagne de l'Union patronale des artisans et commerçants de France (UPA), très virulente à l'encontre du gouvernement et de sa politique fiscale, sous le sloggan "sacrifiés mais pas résignés". Sa vidéo diffusée la semaine dernière sur internet a marqué les esprits (ci-dessous), et sa pétition sur le site sauvonslaproximité.com, avait recueilli plus de 100.000 signatures jeudi matin.

L'organisation patronale fait ainsi part, elle aussi, de son ras-le-bol fiscal en poussant à l'action plutôt qu'à la désobéissance. "Cette situation justifie-t-elle la grève des impôts ou le refus de s'acquitter des cotisations sociales? La réponse est non. Ce n'est ni notre culture, ni notre intérêt", conclut-elle.

BFM Business avec agences