BFM Business

Les intentions d'embauche s'annoncent catastrophiques pour la rentrée

Selon le nouveau baromètre ManpowerGroup, le troisième trimestre de l'année devrait voir bien plus d'emplois détruits que d'emplois créés. Et certains secteurs de l'économie vont particulièrement souffrir.

Ce sont les pires chiffres publiés depuis la création de ce baromètre en 2003. La prévision nette d'emploi ressort négative à -11% sur le 3ème trimestre, selon le nouveau baromètre* réalisé par ManpowerGroup et publié ce mardi. Ce qui signifie concrètement que les chefs d'entreprise prévoient plus de destructions que de créations de postes. Ce chiffre représente en effet le solde net entre la part des dirigeants qui prévoient une hausse de leurs effectifs et ceux qui prévoient une baisse. Il peut donc être positif ou négatif. 

"Même pendant la crise de 2008/2009, on n'était pas à ce niveau là", commente ce mardi sur BFM Business Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup France. "On voit des situations extrêmement contrastées. Il y a des secteurs (...) où on nous dit: 'dans deux/trois semaines, on sera revenu à une situation pré-confinement" comme le bâtiment. Mais dans d'autres secteurs, la reprise est beaucoup plus compliquée. Il y a donc des "situations qui vont être très contrastées en fonction des lieux et des secteurs d'activité".

Et aucune région n'est épargnée par cette hécatombe annoncée. C’est dans le Centre-Est que les intentions d’embauche diminuent le plus (-15%) tandis que le Nord est la région la plus résiliente (-5%). Et cela vaut pour les petites comme dans les grosses entreprises. Partout, les intentions d'embauche sont en forte baisse.

L'hôtellerie-restauration dans la tourmente

Sans surprise, c'est dans l'hôtellerie-restauration que les destructions d'emplois s'annoncent les plus nombreuses. Les intentions d'embauche sont négatives de -54%, ce qui représente un effondrement de plus de 70% par rapport à la même période l’an dernier.

Pour autant, Manpower s'attendait à un scénario encore plus noir et se raccroche aux signaux rassurants : plus de la moitié des chefs d’entreprise ont décidé de ne rien faire: pas d'embauche certes mais pas de suppressions de postes non plus.

*Le baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi pour le 3ème trimestre 2020 a été réalisé dans 44 pays et territoires, entre le 15 et le 18 avril 2020 auprès de plus de 34.000 employeurs issus d’entreprises privées et d’organismes publics, dont 1.093 employeurs en France. L’étude analyse les données obtenues en réponse à une unique question: "Comment anticipez-vous l’évolution des effectifs de votre entreprise au cours du prochain trimestre, jusqu’à fin septembre 2020, par rapport au trimestre actuel ?". Le chiffre de "prévision nette d’emploi" est le résultat de la soustraction entre le pourcentage d'employeurs anticipant une hausse de leurs effectifs et le pourcentage d’employeurs anticipant une baisse. Il s’agit donc d’un solde net – pouvant être positif ou négatif – de perspectives d’emploi. Les données sont corrigées des variations saisonnières.

Caroline Morisseau avec Thomas Leroy