BFM Business

Les droits des travailleurs saisonniers, souvent bafoués

BFM Business
La CFDT met en place un bus qui sillonne la France pour prévenir les travailleurs saisonniers des risques et des abus auxquels ils s’exposent.

Pour la neuvième année consécutive, un bus de la CFDT traverse la France dans les zones touristiques ou agricoles pour informer les travailleurs saisonniers de leur droits. Il faut dire que les jobs d'été peuvent vite se transformer en arnaque. Heures supplémentaires non payées, jours de congés non attribués et travail au noir... le travail des saisonniers est encore mal encadré en France.

Le bus de la CFDT est parti vendredi dernier de Paris pour arriver le 15 août à Briançon (Isère), après avoir effectué 33 étapes (dont Lourdes, Le Touquet, le Mont-Saint-Michel, le Grau-du-Roi...)

Pierre Bodet, secrétaire général CFDT Poitou-Charente, explique les principaux problèmes rapportés par les saisonniers : « Bien souvent, c'est des problèmes d'horaires. Ils sont confrontés parfois à des choses auxquelles ils ne s'attendaient pas. Un jeune qui commence dans la vie, à qui on demande du jour au lendemain de travailler 15 heures sans aucun respect des temps de repos, sans aucun respect y compris de la feuille de paye... C'est assez régulier que des jeunes soient payés au SMIC alors qu'ils travaillent 15 heures par jour. C'est absolument inadmissible. Le deuxième point auquel ils sont confrontés, c'est l'accueil et le logement. On a des saisonniers qui vont passer tout l'été quasiment dans un camping et qui vont perdre la moitié de leur salaire pour se loger pendant la période estivale ».

Marion, qui travaille comme saisonnière pour la mairie de Royan où elle habite, explique que « ce qui est difficile, dans une station balnéaire comme Royan, c'est la restauration. On peut tomber sur des gens réglos, qui payent les heures supplémentaires, et on peut tomber sur un patron très sympa qui vous dit « je te paye au black, tu seras payé 10 euros de l'heure ». Le problème c'est que du jour au lendemain tu peux te faire virer, du coup tu te retrouves sans rien. La plupart du temps, les patrons ne disent rien et restent très évasifs, il faut faire vachement attention à ça parce que ça peut vite être abusif ».

Du côté des employeurs, Elodie, qui gère un hôtel-restaurant à Royan, explique que respecter la loi pour un employeur est une chose délicate, mais elle essaie de trouver des arrangements avec ces employés pour leur bien-être : « Il faut savoir s'adapter car on a du personnel pour une courte durée, qui n'est pas spécialement qualifié. On les fait partir beaucoup plus tôt sur la première quinzaine de juillet et ensuite ils font un petit peu plus. On essaye de faire quelque chose de forfaitaire pour leur permettre d'avoir un contrat à temps plein sur juillet et août. On respecte quand même les heures de travail ».

Pour en savoir plus sur les droits des saisonniers, le dossier msi en ligne par la CFDT : https://www.cfdt.fr/content/medias/media11708_DmWNkSqXpkIxGUV.pdf

La rédaction et Fabien Crombé