BFM Business

Les conseils d'administration en manque de femmes

La parité homme-femme n'est pas encore respectée dans les grandes entreprises françaises.

La parité homme-femme n'est pas encore respectée dans les grandes entreprises françaises. - Meridican - Flickr - CC

Le code Afep-Medef fixe 40% l'objectif de parité pour 2016. Les entreprises doivent donc recruter 150 femmes d'ici l'année prochaine.

Les grandes entreprises ne sont pas encore bonnes élèves. Si la féminisation des conseils d'administration se poursuit en France, les grandes entreprises restent loin de leur objectif de parité, selon une étude du cabinet Russell Reynolds Associates publiée vendredi.

En 2015, les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 comptent en moyenne 35% de femmes, contre 30% en 2014, et ceux des entreprises du SBF 120 (indice regroupant les 120 plus grands groupes cotés en France), hors CAC 40, en comptent 32% (contre 29% en 2014), selon cette étude. En 2015, environ 50% des nouveaux mandats d'administrateurs ont été attribués à des femmes dans les 120 plus grandes entreprises françaises.

31 entreprises sur 120 dans les clous

Toutefois, afin de parvenir à l'objectif de parité, fixé à 40% de femmes par le code Afep-Medef pour 2016, il faudrait que ces entreprises recrutent encore 150 femmes dans leurs conseils d'administration d'ici à l'an prochain, souligne l'enquête. Seules 31 entreprises sur 120 atteignent l'objectif pour l'heure, un chiffre toutefois en nette progression par rapport à 2014 (14 entreprises à l'époque).

Dans les comités exécutifs, la proportion de femmes a légèrement progressé en 2015, passant dans le CAC 40 de 10,6% en 2014 à 11,8%. Autre point de l'enquête: le nombre d'administrateurs représentant les salariés dans les 120 plus grands groupes français a bondi de 66%, passant de 48 entreprises en 2014 à 80 en 2015 (dans le seul CAC 40, ce chiffre passe de 28 à 47). En revanche, seules 17 entreprises du SBF 120 ont un administrateur salarié siégeant au comité des rémunérations.

D. L. avec AFP