BFM Business

Les cheminots reportent leur grève de ce jeudi à cause de la neige

Le défilé devait se tenir entre la place de la République (photo) et le ministère de l'Économie.

Le défilé devait se tenir entre la place de la République (photo) et le ministère de l'Économie. - Nina Godart

En raison des intempéries et des restrictions qu'elles occasionnent pour les rassemblements à Paris, la CGT a décidé de repousser le mouvement des conducteurs SNCF prévu demain.

La manifestation nationale des cheminots initialement prévue ce jeudi à Paris "est reportée" sine die pour "des raisons évidentes de sécurité", l'Ile-de-France étant perturbée par un fort épisode neigeux, a annoncé la CGT-Cheminots, mercredi dans un communiqué.

Le premier syndicat de la SNCF, qui avait prévu de longue date ce défilé pour la "défense" du transport public ferroviaire, du régime spécial de retraite des cheminots et des emplois, indique qu'"un nouveau rendez-vous national sera proposé dans les jours à venir".

Il précise que les autorités ont pris "des décisions restrictives concernant les rassemblements de toutes natures dans la capitale", alors que "près de 13.000 cheminots" étaient "dans les starting-blocks pour battre le pavé parisien", selon lui.

Les motivations de la grève demeurent

Le défilé, auquel l'Unsa et FO s'étaient joints, devait se tenir jeudi après-midi entre la place de la République et le ministère de l'Économie. Pour la CGT, "les motivations qui ont conduit à organiser cette manifestation demeurent", d'autant que de récents articles de presse ont laissé "entrevoir la transformation de la SNCF en société anonyme et la fin du statut pour les futurs embauchés, mais également la filialisation du fret".

Le syndicat s'inquiète par ailleurs des préconisations que Jean-Cyril Spinetta doit rendre prochainement sur l'avenir du modèle ferroviaire français, à la demande du gouvernement. "En clair, il tracera les contours d'une nouvelle réforme du ferroviaire visant à imposer l'ouverture à la concurrence", selon le communiqué publié mercredi.

La CGT propose aux autres fédérations représentatives de se réunir le 13 février pour "analyser la situation et réfléchir aux suites revendicatives à donner".

N.G. avec AFP