BFM Business

Lejaby sera repris par un maroquinier

L'annonce de la fermeture de Lejaby avait provoqué la colère des salariés

L'annonce de la fermeture de Lejaby avait provoqué la colère des salariés - -

Un maroquinier de la région Auvergne s'engage à reprendre l'atelier du fabricant de lingerie Lejaby et l'ensemble de ses salariés.

Les bonnes nouvelles sont rares sur le front de l'emploi: Lejaby échappe finalement au désastre. L'entreprise de lingerie implantée à Yssingeaux (Haute-Loire) sera reprise par un maroquinier d'Auvergne.
Laurent Wauquiez est venu l'annoncer lui-même aux salariés de Lejaby, ce mercredi après-midi, en compagnie du repreneur auvergnat. Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a fait le déplacement en tant qu'élu UMP de Haute-Loire mais aussi au nom du gouvernement: dans son intervention télévisée dimanche dernier, le président-et-pas-encore-candidat Nicolas Sarkozy avait promis qu'il ne laisserait "pas tomber les gens de Lejaby".

Tous les emplois seront sauvés

Vincent Rabérin, le repreneur, s'est engagé à maintenir l'ensemble des effectifs de Lejaby, soit 93 ouvriers, tout en assurant leur reconversion dans la maroquinerie haut de gamme. Son entreprise, Sofama, compte parmi les fournisseurs du numéro 1 mondial du luxe, Louis Vuitton.
Première garantie pour la stabilité des emplois Lejaby: dans un communiqué, Vuitton s'engage à fournir un carnet de commandes "de plusieurs années", si l'offre de reprise aboutit.
Le 18 janvier dernier, le tribunal de commerce de Lyon avait choisi comme repreneur Alain Prost (sans lien avec le champion automobile, NDLR), qui ne garde que 195 des 450 salariés en France et ne conserve pas la dernière usine Lejaby dans l'Hexagone, celle d'Yssingeaux, préférant sous-traiter sa production en Tunisie.

La Rédaction avec Reuters